mercredi 31 octobre 2012

Happy Halloween !

Si vous avez passé l'âge de faire la tournée des maisons de votre quartier déguisé en vampire, monstre ou autre, je vous propose une petite sélection de films, livres et séries à découvrir ou redécouvrir pour l'occasion. 


Halloween vampirique :



Halloween ensorcelé :



Halloween zombiesque :



 Halloween version fun :
 




Et bien sûr, ne passez pas à côté du grand classique pour cette journée : 




   
Bonne fête d'Halloween !!




mardi 30 octobre 2012

Legend T1, Marie Lu



Résumé :

June est un prodige. À quinze ans, elle fait partie de l'élite de son pays. Brillante et patriote, son avenir est assuré dans les hauts rangs de l'armée. Day est le criminel le plus recherché du territoire. Originaire des quartiers pauvres, il sévit depuis des années sans que les autorités parviennent à l'arrêter. Issus de deux mondes complètement opposés, June et Day n'ont aucune raison de se rencontrer... Jusqu'au jour où le frère de June est assassiné. Persuadée que Day est responsable de ce crime, June va le traquer... Mais est-elle prête à découvrir la vérité ?


Avis :

À ma droite June Iparis, brillante étudiante et élite de la République en devenir. À ma gauche Day, ennemi public numéro 1 qui vit dans les bas-fonds. En toile de fond le conflit entre la République et les Colonies, et de mystérieux rebelles : les Patriotes.
June et Day n’ont rien en commun, si ce n’est Metias, le frère de June, dont Day est l’assassin présumé. En cherchant à assouvir sa vengeance, la jeune fille va découvrir que la République n’est ni parfaite, ni bienfaitrice comme la propagande le martèle…

Le début est long, très long, les choses se mettent en place sans vraiment avancer, et j’ai cru que j’allais m’ennuyer ferme tout du long. Heureusement, la seconde partie est beaucoup plus intéressante, révélations, prise de conscience et rebondissements, enfin le livre vit. Bien sûr le schéma est toujours un peu le même dans ce genre de dystopie, le pouvoir en place qui fait soi-disant tout pour votre bien n’est pas aussi généreux qu’il veut bien le faire croire et un couple va s’élever contre lui. Rien de neuf sous le soleil, mais la plume de Marie Lu est addictive et on ne peut s’arrêter de tourner les pages une fois que l’intrigue a vraiment démarré. Une chose m’a cependant manquée, c’est l’absence d’explication du background du roman. La République, les Colonies, les Patriotes, le lecteur n’a qu’une vague idée de ce qui est arrivé et des enjeux du conflit. Il en est réduit à émettre des suppositions et j’aurais aimé en savoir un peu plus sur ce point.
Espérons que le deuxième tome de Legend contiendra moins de longueurs et que les explications qui nous manquent nous seront données.

lundi 29 octobre 2012

Succubus revealed, Richelle Mead



Résumé :

Seth a risqué son âme pour devenir l’amant de Georgina Kincaid. Mais avec un patron comme Lucifer, Georgina ne peut pas simplement raccrocher ses talons hauts… Elle se retrouve même obligée d’accepter une mutation à Las Vegas. Elle a beau être l’un des meilleurs éléments de l’Enfer, s’il existe pour elle une chance de se sortir de sa condition de succube, elle a bien l’intention de la saisir. Elle espère simplement ne pas y perdre l’homme pour qui elle est prête à tout sacrifier.


Avis :

Sixième et dernier tome de la série Georgina Kincaid, je l’attendais et le redoutais à la fois ce Succubus revealed, tant j’avais hâte de voir comment Richelle Mead allait clôturer sa saga, mais pensant à la fois que la fin était bien trop prévisible. L’auteur prend certes plaisir à torturer ses personnages (et ses lecteurs) dans les différents tomes d’une même série, mais elle leur ménage malgré tout une fin plutôt heureuse. Et vu les indices disséminés dans les opus précédents, je me disais que nous n’allions pas y échapper…

Alors que Seth et Georgina pensaient pouvoir être enfin heureux, la jeune femme apprend brusquement sa mutation à Las Vegas, où tout lui semble trop beau pour être vrai. Encore un vilain tour de l’Enfer pour contrarier son destin ?
Pas de surprise dans ce tome, les difficultés trouvent une solution, les méchants sont démasqués et les gentils gagnent, c’est un peu facile, mais au final quel lecteur aurait voulu que Georgina n’accède pas au bonheur ? Ce tome n’est pas le meilleur de la série, mais il la clôt agréablement en faisant plaisir à tout le monde, et il faut avouer que nombreux y trouveront leur compte, même si j’aurais aimé une fin moins prévisible.

vendredi 26 octobre 2012

Bloodlines T1 - Bloodlines, Richelle Mead



Résumé :

Sydney, alchimiste, dissimule l'existence des vampires aux yeux du monde. Pas par bonté d’âme, mais pour préserver des vies humaines menacées par ces créatures qu’on lui a toujours décrites comme maléfiques.
Sa nouvelle mission : cacher et protéger Jill, jeune vampire et princesse Moroï, menacée de mort. Quel meilleur endroit pour cela qu'une école privée à Palm Spring, sous le soleil de Californie ? Voilà bien le dernier endroit où des vampires sanguinaires iraient la chercher... Et si le mal n’était pas là où Sydney le croyait ?


Avis :

Spin-off de la série Vampire Academy, Bloodlines reprend l’univers développé par Richelle Mead mais change de cadre. Exit St Vladimir ou la Cour, bonjour Palm Spring, son soleil et de nouveaux personnages, certains que nous avions déjà rencontrés, et d’autre complètement inédits. Si l’intrigue est totalement indépendante de la série dont elle est issue, il sera plus facile pour le lecteur de trouver ses repères s’il a déjà lu les aventures de Rose et Lissa, Richelle Mead ne reprenant pas le contexte Moroïs/Damphirs/Strigoïs et les problèmes de la Reine actuelle, ou très peu.

Lissa est la nouvelle Reine, mais la loi Moroï stipulant que la souveraine ne peut être la dernière de sa lignée met sa demi-sœur Jill en danger. Afin de la protéger, elle sera exilée en Californie avec Eddie, son gardien, Adrian Ivashkov, et Sydney, la jeune alchimiste qui avait aidé Rose, s’attirant ainsi les foudres de ses pairs.
Mais rapidement, le campus sur lequel elles vivent va être le théâtre d’évènements étranges, et Sydney va mener l’enquête.

Alors autant le dire tout de suite, Sydney n’est pas Rose. Plus coincée, limite psychorigide, à cause de son éducation, l’alchimiste est assez froide et n’attire pas forcément la sympathie de prime abord. Et puis, au contact de ces vampires qu’elle redoute tant, elle va réviser son jugement, pour le plus grand plaisir du lecteur, et se révèle courageuse et attachante. La présence d’Adrian est également une source de joie, c’était un second rôle que j’avais beaucoup apprécié dans la saga originelle, et je n’ai pas boudé mon plaisir de le retrouver. Même s’il n’est pas suffisamment présent à mon goût, je me suis régalée de son humour et de son cynisme. Tour à tour bravache ou sensible, c’est vraiment un personnage qui mérite de prendre de l’ampleur.
L’intrigue quant à elle est assez facile, une fois certains éléments révélés la vérité vous sautera aux yeux et il n’y aura plus de surprise. Mais on s’en fiche, l’auteur sait nous raconter des histoires, et nous on aime les lire, alors... enjoy !

Samhain, Cassandre Amaranthe



Résumé :

« J'ai découvert que la nuit d'Halloween pouvait vraiment être à la hauteur de sa réputation. Ce soir-là, mon existence a basculé dans les ténèbres, alors que je fêtais dignement mes dix-huit ans. Désormais, plus rien ne sera comme avant. Jamais. Mon nom ? Aliénor McKanaghan. Mon histoire ? Je ne la souhaite à personne. Nous avons tous une destinée, et la mienne... la mienne m'a menée tout droit en enfer. Je ne sais pas comment tout ça va se terminer, mais mon instinct me dit que ça sent le sapin... »


Avis :

Quand les autres petites filles jouaient à la marelle ou aux poupées, Aliénor (Allie) McKanaghan était formée au combat à mains nues et au lancer de couteau. Entraînée dès son plus jeune âge, la jeune fille se demande bien à quoi rime tout ceci, mais ne peut se confier à ses parents, le plus souvent absents.
D’ailleurs ils vont être définitivement absents puisque la jeune fille à peine majeure apprend leurs décès. Elle découvre alors une prophétie qui la décrit comme sauveuse de l’humanité. Rien que ça. De quoi prendre la grosse tête, ou la perdre…

Une jeune fille super douée et entrainée au combat qui doit sauver le monde, ça ne vous rappelle rien ? Oui, Samhain est un Buffy-like. Et si vous aimez, vous allez vous régaler. (Si toutefois vous n’aimez pas Buffy, laissez-moi vous dire au passage que je suis affreusement déçue…). L’histoire n’est pas forcément super originale, je vous l’accorde, mais il y a une vraie dynamique dans le roman, et ça se lit tout seul. Au début j’ai trouvé que les clichés s’accumulaient, mais heureusement cette impression est vite oubliée, et on entre dans le feu de l’action, pour ne plus en sortir. C’est divertissant et sans prise de tête, et je n’en demande pas plus. Le style de Cassandre est agréable, même si la narration n’est pas exempte de maladresses et la structure du récit est un peu floue à certains moments. Rien de bien grave néanmoins, mais on est chiante ou on ne l’est pas !
Malgré ces petits défaut, Samhain est un roman bourré d’action et d’humour qui vous fera passer un bon moment en compagnie d’Allie.

jeudi 25 octobre 2012

Fever Moon T1 - The Fear Dorcha, Karen Marie Moning



Résumé :

An all-new Mac & Barrons story by #1 New York Times bestselling author Karen Marie Moning, marvelously adapted into a full-color graphic novel by writer David Lawrence and illustrator Al Rio. In Fever Moon, we meet the most ancient and deadly Unseelie ever created, the Fear Dorcha. For eons, he’s traveled worlds with the Unseelie king, leaving behind him a path of mutilation and destruction. Now he’s hunting Dublin, and no one Mac loves is safe. Dublin is a war zone. The walls between humans and Fae are down. A third of the world’s population is dead and chaos reigns. Imprisoned over half a million years ago, the Unseelie are free and each one Mac meets is worse than the last. Human weapons don’t stand a chance against them. With a blood moon hanging low over the city, something dark and sinister begins to hunt the streets of Temple Bar, choosing its victims by targeting those closest to Mac. Armed only with the Spear of Destiny and Jericho Barrons, she must face her most terrifying enemy yet.


Avis :

Ne me remerciez pas pour la non-traduction du pitch, ça me fait plaisir ^^ Allez, ne chouinez pas, comme je suis vraiment sympa je vais vous en faire le résumé. Les murs entre les faes et les humains sont tombés, Dublin est en guerre, une partie de l’humanité a été décimée. Mac et Barrons continuent la lutte, tout en poursuivant leur quête du Sinsar Dubh. Dans ce contexte, un fae s’en prend aux proches de Mac, attirant sur lui les foudres de la jeune fille qui va le prendre en chasse.

Si cette histoire inédite n’apporte finalement rien à la série Fever, je n’ai néanmoins pas boudé mon plaisir de retrouver l’univers de Mac et Barrons. The Fear Dorcha est cependant une bonne histoire, bien conçue, qui permet de passer un moment agréable, mais c’est vrai qu’on peut s’en passer, même si on aime la série (bien sûr, les fans ultimes l’auront dans leur bibliothèque). Par contre, si vous ne l’avez pas lu au moins les quatre premiers tomes, pas la peine de tenter l’aventure avec le comic, vous serez spoilé sur la suite des évènements ou, si vous découvrez la saga par le comic, vous n’y comprendriez rien car il ne peut pas être lu indépendamment.
Parlons maintenant des dessins. Globalement j’ai bien aimé le graphisme, mais il faut admettre que Mac et Barrons n’ont pas vraiment été avantagés. Enfin si, Mac a été largement avantagée au niveau pulmonaire, faut croire que les gros seins ça fait vendre. Et puis globalement je l’ai trouvée quand même un peu vulgaire, on sent une tentative de séduction du lectorat masculin. En comparaison, Barrons est bien fade (probablement pour ne pas complexer le lectorat masculin préalablement attiré par le 95E de Mac).

Pas franchement indispensable, cette adaptation est néanmoins globalement réussie, et je lirai la suite sans souci.