mardi 31 décembre 2013

White Trash Zombie T1 - My life as a white trash zombie, Diana Rowland

Résumé :

Teenage delinquent Angel Crawford lives with her redneck father in the swamps of southern Louisiana. She's a high school dropout, addicted to drugs and alcohol, and has a police record a mile long. But when she's made into a zombie after a car crash, her addictions disappear, except for her all-consuming need to stay "alive"…


Avis :

Pour la dernière chronique de l’année, revenons aux fondamentaux avec un zombie-book !

Angel est une jeune femme paumée, marginale, accro aux drogues dures. Sa vie à peine commencée, elle se considère déjà comme une ratée. Le jour où elle devient zombie malgré elle, c’est un peu comme une seconde chance qui s’offre à elle. Sa non-vie va lui permettre de revenir « dans le droit chemin » (quand on a envie de manger des cerveaux H24, je ne sais pas si on peut vraiment dire qu’on est revenu dans le droit chemin, mais vous voyez le concept quoi). Affublée d’un protecteur d’un genre particulier et essayant de garder son nouvel emploi à la morgue (pour une morte vivante c’est assez cohérent comme job !), Angel va découvrir que les zombies sont bien plus nombreux qu’elle l’imaginait…

C’est le premier roman de Diana Rowland que je lis, entre la couverture et le thème, je ne pouvais qu’être séduite (j’ai des goûts particuliers, oui, et alors ?). Le début est un peu long, Angel met un temps fou à comprendre sa nouvelle situation, mais une fois que cette étape est passée, tout s’accélère. L’intrigue est un mix entre enquête policière, satyre sociale et un humour plus que décalé. Angel est un personnage très attachant, essayant de gérer sa nouvelle addiction aux cerveaux humains, son nouveau job (qu’elle doit impérativement garder si elle veut rester un zombie « frais ») et les enquêtes policières auxquelles elle se trouve mêlée. J’ai vraiment aimé l’histoire de cette battante malgré elle, qui essaye de s’adapter à sa nouvelle condition, qui finira par la sauver en quelque sorte. Seul le niveau d’anglais m’a un peu déroutée, j’ai parfois eu du mal avec le langage d’Angel, heureusement que j’étais chez moi et qu’internet est mon ami pour traduire certaines expressions.


Je vous recommande vivement My life as a trash zombie, que vous soyez familier du genre ou que vous souhaitiez aborder le sujet sans lire un roman post-apocalyptique comme on en trouve beaucoup dans le genre.



lundi 30 décembre 2013

Les Errants T1 - Origines, Denis Labbé

Résumé :

Que faire quand on est une adolescente et que le monde s'écroule autour de soi ? C’est la question qui se pose à Marion, seize ans, que rien ne préparait à une telle catastrophe. Lors d'un voyage scolaire au camp de travail du Struthof, certains de ses camarades et de ses professeurs sont frappés par un mal étrange. Alors que l'épidémie se répand, elle essaie d'y échapper, en compagnie d'un groupe d'amis rescapés. Mais sans l'aide d'adultes, la tâche va s'avérer délicate et la vie en communauté pas si aisée que cela.


Avis :

Au cours d’un voyage au camp de travail de Struthof (le lecteur aura même droit à un petit cours d’histoire au passage, ce qui n’a pas été pour me déplaire mais je ne suis pas sûre que tous les lecteurs adhèrent), Marion va se trouver confrontée à une épidémie qui semble toucher tout le monde sans distinction. C’est le début d’une course pour la survie, en compagnie des quelques rescapés qui l’accompagnent.

Un livre de zombies, forcément, je n’allais pas passer à côté, mais c’est avec un avis assez mitigé que je sors de ma lecture. Le début du roman est assez lent, Marion ne cesse de trouver les choses étranges, sans pour autant mettre le doigt sur le problème alors que le lecteur a compris depuis belle lurette. La suite est plus intéressante, pleine de rebondissements d’autant que le récit prend place dans un décor assez angoissant. Mais, à côté de ça, les personnages manquent de relief, je n’ai pas réussi à m’attacher à eux, leurs réactions sont parfois agaçantes comme les disputes entre les protagonistes. Ils sont pourtant au fait de ce que sont les zombies mais perdent du temps en puérilités alors qu’ils sont pourtant conscients du danger auquel ils sont confrontés. En même temps ce parti pris donne une touche plus humaine et change des zombie books où un leader sort toujours du lot pour organiser la survie et sauver les autres.
Le style de l’auteur est fluide, le roman se lit rapidement, malgré quelques maladresses, notamment dans les dialogues.

Malgré les quelques défauts énoncés plus haut, ce premier tome des Errants se lit facilement. J’aurais aimé un peu plus d’hémoglobine, mais il faut garder en tête qu’il s’agit un roman pour young adults, le côté horrifique ne peut donc pas être trop effrayant. Je lirai sans doute la suite avec plaisir.


vendredi 27 décembre 2013

Challenge 1 mois = 1 consigne

Voilà un petit challenge qui me branche bien, organisé par Nessa de Book'n'love.



Durée du challenge:
Du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2014

Nombre de livres à lire par mois:
Au minimum 1 de la catégorie mais vous pouvez en lire plus.

Inscription:
Sur livraddict : Jusqu'au 31/12/2013

Pour réussir le challenge :
Lire au moins un livre de chaque thème tous les mois

Thèmes :
Janvier : Lire un premier tome d’une saga
Février : Lire un livre dont la tranche ou la couverture est rouge
Mars : Lire un urban fantasy OU un fantastique
Avril : Lire un thriller
Mai : Lire une suite de saga
Juin : Lire un jeunesse
Juillet : Lire un livre de plus de 450 pages
Aout : Lire un livre depuis trop longtemps dans votre PAL
Septembre : Lire un livre dont le nom/prénom de l’auteur ou le titre du livre commence par M
Octobre : Lire un livre commandé/acheté il y a moins d’un mois
Novembre : Lire un livre choisi par quelqu’un d’autre
Décembre : Lire une histoire féerique


L'inscription se fait sur Livraddict. Qui s'inscrit ?! 

Bilan 2013

2013 tire sa révérence et, à titre personnel, je suis bien contente qu’une nouvelle année toute neuve se profile. Mon bilan livresque est néanmoins satisfaisant puisque j’ai beaucoup lu, bien plus que l’année dernière.


Pour ce bilan j’ai opté pour quelques graphs (oui, tu peux sauter de joie, lecteur ^^)

Première constatation, je lis majoritairement de la littérature adulte alors que je pensais lire beaucoup plus de YA.




Ensuite, je me suis dit que ce serait sympa d’avoir une répartition par genre de mes lectures.





Ok, ok, ce camembert est limite imbitable, alors j’ai procédé à quelques regroupements par grandes familles. C’est mieux ?





Non, non, ne fuis pas lecteur, j’ai terminé avec la partie chiffrée, promis !




Passons aux tops et flops de l’année :

- Énorme coup de cœur pour Loin de tout de J.A. Redmerski.
- Excellent moment avec Les gens heureux lisent et boivent du café d’Agnès Martin-lugand.
- Je suis tombée amoureuse de l’écriture de Samantha Bailly avec Ce qui nous lie.
- Très jolie découverte que Les larmes rouges de Georgia Caldera.
- Série d’urban fantasy de l’année : Alex Craft de Kalayna Price.
- Pour finir, mention spéciale à la série de comics The walking dead.

- Déception par contre pour Une fille entre dans un bar d’Helena S Paige, Night World de LJ Smith et Rien ne s’oppose à la nuit de Delphine de Vigan, entre autres.


Cette année a aussi été marquée par de jolies rencontres :

Samantha Bailly pour sa gentillesse et sa douceur.

Marika Gallman : sa bonne humeur et ses dédicaces toujours surprenantes.

Coup de cœur pour Magali Ségura, rencontrée lors du salon du Montreuil, que je n’ai jamais lue, mais dont j’ai adoré la personnalité. Si mes poulpes n’avaient pas lessivé mon budget livres lors du salon j’aurais aimé prendre Leïlan pour découvrir son univers. Ce n’est que partie remise.


Belle découverte aussi que celle de Cathy Cassidy, dont ma fille est fan et qu’elle a enfin pu rencontrer, qui est d’une gentillesse et d’une patience sans égal.

Mon seul regret est de ne pas avoir pu rencontrer Pierre Pevel, devant rentrer chez moi assez tôt alors qu’il dédicaçait plus tard à Montreuil.


Petit point sur les challenges de l’année :

Pour mémoire je participais au JLNN, à Lecture VO et au Challenge Jeunesse/YA, tous terminés. Cette année, pour l’instant, je n’ai rempilé que pour le dernier, peut-être que d’autres feront leur apparition dans les jours à venir.


Dernière catégorie pour terminer ce billet, les hommes de l’année : (parce qu’il faut aussi penser au plaisir des yeux)





Lecteur, je te laisse, tu peux aussi me faire part de ce qui t’a marqué cette année en laissant un petit commentaire en bas de cet article, et je te souhaite un bon réveillon (avec un peu d’avance).

jeudi 26 décembre 2013

I Hunt Killers, Barry Lyga

Résumé :

Et si le plus dangereux serial killer au monde était… votre propre père ?
À Lobo’s Nod, petite ville tranquille des États-Unis, nul ne veut croire que le corps de jeune fille retrouvé dans un champ est l’œuvre d’un serial killer. Jazz, lui, en est convaincu. Et il sait de quoi il parle puisqu’il n’est autre que le fils d’un criminel célèbre dans tout le pays pour avoir assassiné des dizaines de femmes. Son père est en prison mais Jazz, lui, est libre et n’a qu’une crainte : que l’opinion le désigne comme le coupable idéal. Il décide alors de faire équipe avec le shérif et de mettre à profit les enseignements de son père dans l’espoir de démasquer le véritable coupable… Mais est-ce si facile quand on a reçu le goût du sang en héritage ?
Teinté d’un humour noir et grinçant, I Hunt Killers est un thriller palpitant et totalement addictif !


Avis :

Imaginez ce que serait votre vie si votre enfance avait été bercée par un papa serial killer, qui n’avait comme seul but que de faire de vous son digne héritier… Quand on connaît toutes les astuces pour découper et faire disparaître un cadavre ou pour torturer le plus longtemps possible une victime, il y a de bonnes chances qu’après un tel lavage de cerveau, une fois adolescent, vous empruntiez le même chemin que votre géniteur (remportant par la même occasion toute son admiration, félicitations). Jasper (Jazz) essaye de ne pas succomber à cette fatalité. Son père derrière les barreaux, le jeune homme fait tout pour ne pas suivre son exemple. Mais ses connaissances, pour le moins particulières, vont l’amener à vouloir entrer dans la tête du tueur qui sévit dans sa petite ville, afin d’aider la police à l’appréhender.


Voilà un roman YA complètement à part dans les parutions actuelles. Macabre et glauque, explorant les plus noirs desseins de l’homme et de la folie, I hunt killers est un thriller très surprenant et addictif. Le lecteur suit l’intrigue principale et la traque policière du copycat, mais aussi la seconde qui se dessine en filigrane, savoir si Jazz, perpétuellement sur le fil, prêt à franchir la limite à tout instant, va résister ou sombrer du côté obscur. L’auteur sait tenir son lecteur en haleine, il est très difficile de lâcher le livre avant de connaître le dénouement ; les suspects se multiplient et les pistes se confondent au fil des pages, si bien que la fin reste un mystère jusqu’au bout. Une excellente surprise et j’ai hâte de connaître la suite !

mercredi 25 décembre 2013

Friday Harbor T0,5 - Nuit de Noël à Friday Harbor, Lisa Kleypas

Résumé :

« Cher Père Noël, cette année, je veux juste une chose : une maman »…
Lorsqu’il découvre ce message de sa nièce Holly, Mark Nolan est profondément désemparé. Célibataire dans l’âme, il a dû composer avec le quotidien de cette petite fille fragile, qui a perdu la parole à la mort de sa mère, dont il est désormais le tuteur. Car il aime Holly comme son propre enfant.
Lui offrir la douceur d’un foyer uni ? Pas facile quand on a comme modèle une famille saccagée par des parents calamiteux. Mark est pourtant prêt à tenter l’aventure avec Maggie, la jolie rousse qui vient d’ouvrir une boutique de jouets merveilleuse à Friday Harbor. Elle seule a su rendre à Holly plus que le sourire.
Sauf que, après le drame qui a chamboulé sa vie, Maggie ne veut plus livrer son cœur à quiconque.


Avis :

Étant toujours dans ma période guimauve, j’ai lu hier Nuit de Noël Friday Harbor qui nous raconte la rencontre entre Mark Nolan et Maggie Conroy. Lui est engagé dans une relation peu épanouissante mais dont il se satisfait, la jeune femme est, elle, veuve depuis deux ans et paniquée à l’idée de nouer une relation sérieuse avec un homme. Ils vont se devoir s’apprivoiser, avec la complicité de Holly, la petite fille dont Mark est le tuteur.
J’ai adoré cette courte histoire dévorée avant le réveillon, pile poil le moment auquel cette lecture devait se faire. La famille Nolan est décidemment très attachante et, malgré le peu de pages de ce roman, Lisa Kleypas réussit à nous dépeindre la naissance de cette relation et à nous prendre dans ses filets. L’auteur a l’habitude développer les histoires d’amour de ses personnages, mais ici il s’agit uniquement de la rencontre, jusqu’au moment où, enfin, les personnages tombent dans les bras l’un de l’autre. L’épanouissement de leur relation ne sera conté qu’à travers les romans suivants, en filigrane des histoires principales. Le couple formé par Mark et Maggie est adorable, Holly est touchante, et Renfield, le chien, donne envie de faire des gratouilles au premier canidé qui passera sous la main du lecteur.

J’ai vraiment beaucoup aimé cette nouvelle qui collait parfaitement à l’ambiance de Noël, et je suis définitivement fan de la série Friday Harbor !

Un article sur Noël le 25 décembre, originalité quand tu nous tiens...

Ben oui, je sais, ce n'est pas super innovant, mais tout le monde n'est pas sur Facebook (hein Siana !) et je veux aussi leur souhaiter un joyeux Noël.
J'espère que vous avez passé de bons moments avec vos proches et que vous avez été gâtés (qu'est-ce que le père noël vous a apporté ?! Je suis une vilaine petite chose curieuse ^^).
Profitez bien de cette journée !



mardi 24 décembre 2013

Friday Harbor T1 - La route de l'arc-en-ciel, Lisa Kleypas

Résumé :

Il y a des trahisons plus dures que d'autres... Il faisait bon vivre à San Juan Island, jusqu'au jour où Lucy apprend que son compagnon Kevin la quitte pour emménager avec Alice, sa propre sœur ! Alice, l'éternelle enfant gâtée qui, en lui brisant le cœur, détruit aussi leur famille. Lucy croit bien en avoir fini avec l'amour quand elle rencontre Sam Nolan, le propriétaire du vignoble de False Bay. Passionné, charmant, mais allergique à tout engagement. Car lui aussi a ses propres blessures. Et ses propres secrets...


Avis :

Toute sa vie Lucy a vécu dans l’ombre de sa petite sœur. Capricieuse et manipulatrice, cette dernière lui a volé l’attention de ses parents et voilà qu’elle vient aussi lui voler son petit ami. Ravagée, la jeune femme va chercher du réconfort chez des amies et va croiser le chemin de Sam, un célibataire endurci allergique à l’engagement…

Qui dit décembre dit Noël, dit envie de livre doudou, tout chaud, doux et sucré (en décembre il ne faut pas non plus oublier le vin chaud, mais là n’est pas le propos). Et quand cette envie survient, rien de tel que d’aller piocher dans les ouvrages écrits par Lisa Kleypas.

Ce premier tome de Friday Harbor est une romance contemporaine. Exit les costumes et le charme de l’Angleterre Victorienne, l’histoire prend pour cadre une petite île de l’État de Washington. Et ce changement de lieu et d’époque est une franche réussite. Si l’on retrouve les ingrédients qui font le succès de l’auteur, à savoir son talent pour parler des sentiments humains et pour proposer de jolies histoires d’amour, Lisa Kleypas y a ajouté une touche de fantastique surprenante qui n’a pas été pour me déplaire, bien au contraire. Comme avec les précédents livres de l’auteur, le seul souci est que La route de l’arc-en-ciel est bien trop court à mon goût et qu’à peine le roman terminé, on en veut la suite !

lundi 23 décembre 2013

Les sentinelles de l'ombre T1 - Le souffle de la lune, J. Arden

Résumé :

Tout allait bien dans ma vie jusqu’à ce que je me transforme en loup devant une assemblée de vampires. Encore qu’il s’agit là d’un euphémisme, du genre capable de vous étouffer en moins de deux. Car s’il est de notoriété publique que les crocs et les poils ne font pas bon ménage, c’est encore pire quand vous êtes la fille de la reine du clan vampirique le plus rigide qui soit. Et je parle d’expérience… Bref. Munie d’un aller simple pour la meute paternelle, me voici partie pour San Francisco, à la découverte d’un monde où vampires et loups se côtoient. Appelons plutôt ça de la cohabitation forcée. Personne n’est prêt à voir sa vie chamboulée, et quand l’amour et des dieux censés avoir disparu s’en mêlent, laisser la bête me dévorer de l’intérieur devient de plus en plus tentant…


Avis :

Anya, fille de la reine des vampires, est en réalité une hybride. Et son côté loup-garou ne trouve rien de mieux à faire que de se manifester en plein milieu d’une assemblée de morts-vivants, ce qui n’est pas du meilleur effet. La jeune femme est contrainte de quitter son clan et de rejoindre son père, qu’elle ne connaît pas, et sa meute. Le karma sans doute… Anya va être obligée de faire contre mauvaise fortune bon cœur à San Francisco. Si, finalement, les relations avec son père vont s’avérer moins difficiles que prévu, la jeune femme va faire des rencontres loin de lui simplifier la vie (toujours le karma). Sans compter que la curiosité de la jeune fille sur ses origines vont l’amener où elle ne s’attendait pas…

À ma droite les ingrédients d’un bon roman d’urban fantasy, à ma gauche la touche personnelle de l’auteur. Mixez les deux et vous obtiendrez un livre prometteur, qui m’a fait passer un très agréable moment de lecture, mais non exempt de défauts (eh oui, un premier tome ne peut pas non plus être parfait quand même, non mais !). Le principal reproche que je ferais, c’est que la première moitié du roman n’a pas vraiment de but. Le lecteur suit Anya dans ses pérégrinations, mais sans bien savoir où l’auteur veut en venir. Cette partie est utile car elle permet de faire connaissance avec le background mis en place par J. Arden, ainsi qu’avec ses personnages, mais je l’ai trouvée un poil trop longue, j’aurais aimé voir le début de l’intrigue en elle-même pointer le bout de son nez plus tôt. Le second point qui m’a déplu c’est le caractère de l’héroïne au départ du livre : elle a pris un gros bol de confiance au petit-déjeuner et sa suffisance est juste insupportable. Heureusement, l’auteur a la bonne idée de faire évoluer son caractère au fil de l’histoire, la rendant ainsi plus sympathique et calmant ma furieuse envie de faire marcher la machine à taloches. Anya change en découvrant la réalité des choses et révise son jugement. Et c’est tant mieux, parce qu’à côté de ça il y a plutôt de bonnes idées, J.Arden, tout en respectant les codes du genre, sort des sentiers battus et propose une intrigue originale, mais, car il y a toujours un « mais », même dans les destins les plus heureux, j’avoue avoir grincé des dents en voyant venir le triangle amoureux gros comme une maison. Cette configuration a été usée jusqu’à la corde, et j’attendais autre chose sur ce point, mais ce n’est qu’un avis personnel, je sais que nombre de lectrices en sont friandes.


Pour résumer, Le souffle de la lune, premier roman de J. Arden, et je suis suffisamment accrochée pour faire un crying call sur le tome à suivre, en pensant avoir de bonnes chances d’être gagnante !

dimanche 22 décembre 2013

Beautiful bitch, Christina Lauren

Résumé :

L'irrésistible et magnétique trentenaire, Bennett (alias Beautiful Bastard), désormais sous le charme de son ex-collaboratrice : l'ambitieuse Chloé qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Enjeux de pouvoir, ébats amoureux et relation tumultueuse, déclinés dans un cadre idyllique et sous des cieux français.
Au moment où la carrière de Chloé est sur le point de décoller, Bennett son ex-boss et nouveau boy-friend, lui, ne rêve que d'une chose : ralentir son rythme professionnel effréné et passer une nuit sensuelle, sauvage et passionnée, en tête-à-tête avec elle. Décidément ces deux-là, sont rarement sur la même longueur d'onde !
Après que Bennett ait exclu de considérer le « refus » de Chloé, comme une réponse à sa proposition de vivre ensemble, on retrouve nos deux duettistes, en pleine conversation houleuse, deux billets d'avion en poche, et une villa à leur disposition dans le sud de France. Mais quel a été l'objet de cette conversation extravagante, qui laisse inévitablement Bennett et Chloé en plein combat de boxe sous la couette ?
Première d'une série de trois nouvelles, Beautiful Bitch, raconte la suite des aventures de Bennett et Chloé, l'irrésistible couple moderne et passionné du sex-seller, Beautiful Bastard qui a enthousiasmé des millions de fans à travers le monde.


Avis :

Cette nouvelle s’intercale entre les tomes 1 et 2 de la saga et revient sur le couple de Chloé et Bennett, notamment sur leurs difficultés à entretenir la flamme face à la routine, ou plutôt à la « vraie vie ». Après avoir été dans la bulle de la passion, le couple doit faire face aux aléas du quotidien. Concilier vie professionnelle et vie de couple n’est pas toujours facile, les tourtereaux vont l’apprendre à leurs dépens. Entre les responsabilités de Bennett et l’ambition de Chloé, il leur reste peu de temps pour les instants en amoureux, à leur grand désespoir. Bennett va avoir l’idée d’une parenthèse enchantée leur permettant de se retrouver.

Beautiful Bicth revient sur le couple Chloé / Bennett et je dois avouer qu’il est agréable de constater qu’eux aussi doivent surmonter des obstacles, qu’ils ne nagent pas dans la guimauve de l’amour 24h/24. Bennett prend donc les choses en main et décide d’emmener Chloé en France. Mais la jeune femme s’interroge sur sa carrière : est-ce le bon moment et, surtout, y aura-t-il un bon moment un jour ? Il est très appréciable de voir enfin un Bennett qui avoue ses sentiments et tente de sauver son couple, mais Chloé est d’un pénible… Il n’y a qu’un homme amoureux pour la supporter ! Ils partiront malgré tout et, faisant fi des péripéties que leur réserve leur voyage, le lecteur aura bien entendu sa happy end.
Ce texte fait aussi la transition avec le tome suivant puisqu’on y fait la connaissance de Max et Sara…

Cette petite nouvelle est sympathique, j’ai pourtant trouvé que les auteurs décrivaient mieux les débuts d’une passion qu’une relation installée. Mais si vous êtes fan de la série ne boudez pas votre plaisir, vous passerez un très bon moment !



DVBBS & Borgeous - Tsunami

vendredi 20 décembre 2013

Wolverine - le combat de l'immortel



Synopsis :

Wolverine, le personnage le plus emblématique de l’univers des X-Men, est entraîné dans une aventure ultime au cœur du Japon contemporain. Plongé dans un monde qu’il ne connaît pas, il doit faire face au seul ennemi de son envergure, dans une bataille à la vie à la mort. Vulnérable pour la première fois et poussé au bout de ses limites physiques et émotionnelles, Wolverine affrontera non seulement l’acier mortel du samouraï mais aussi les questions liées à sa propre immortalité.


Avis :

Faisons court, mais faisons bien. J’ai adoré ce film. Ah, c’est vraiment trop court ?! Bon, ok, je vais essayer de développer un peu, tout en précisant que si j’ai aimé ce film ce n’est pas à cause du torse de Hugh Jackman !

Dans Le combat de l’immortel, Logan se replonge dans son passé et est confronté à ses démons, principalement sa culpabilité d’avoir tué Jean. Dans ce contexte, il va retrouver une vieille connaissance qui lui propose de renoncer à son immortalité et de pouvoir accéder à une vie normale. Bien évidemment, les apparences sont trompeuses et le marché proposé quelque peu douteux. Et c’est l’une des forces du film : l’intrigue est complexe et les personnages sont travaillés, l’action est bien sûr présente mais pas à leurs dépens. Wolverine est plus humain, plus abordable et attachant, j’ai vu l’homme sous les griffes (enfin vous voyez ce que je veux dire). J’ai envie de dire que c’est sans doute ce que j’ai le plus apprécié, j’ai vu une véritable histoire, et non une succession de scènes d’action dopées à la testostérone. D’ailleurs, ces scènes sont très bien faites, équilibrées, sans surenchère dans les SFX.
J’ai vraiment pris beaucoup de plaisir en visionnant ce film, et j’ai adoré le petit bonus au milieu du générique de fin, bonus que j’aurais dû rater car je coupe mon DVD à ce moment, mais pour une fois le hasard a bien fait les choses. Du coup, vivement 2014 pour retrouver les X-Men !


3.75/5

jeudi 19 décembre 2013

Night School T3 - Rupture, CJ Daugherty

Résumé :

Inconsolable depuis la mort de son amie et sous la menace constante d'un espion qui rôde incognito à Cimmeria, Allie Sheridan accuse le coup. Et elle n'est pas la seule à perdre les pédales ; tout semble s'effondrer autour d'elle : amitiés, amours et certitudes. Alors, quand Nathaniel commence à abattre ses cartes maîtresses, Isabelle, la directrice elle-même, ne sait plus que faire. L'école sombre peu à peu dans les sables mouvants de la paranoïa et de la suspicion, tous les étudiants sont dorénavant considérés comme coupables jusqu'à preuve du contraire. Il n'y a plus de présomption d'innocence qui tienne et n'importe qui peut désormais être détenu sans procès. Plus personne ne peut se cacher. Cette fois-ci, Nathaniel n'a plus besoin de leur faire du mal ; les occupants de Cimmeria s'en chargent très bien tout seuls...


Avis :

Après avoir assisté au meurtre de son amie Jo, Allie veut fuir Cimmeria où elle ne se sent ni en sécurité, ni vraiment à sa place. Sa tentative d’évasion va tourner court et la jeune fille va finalement décider de se battre contre Nathaniel, avec ses amis.

Si ce tome est l’occasion d’en apprendre davantage sur Lucinda, la grand-mère d’Allie, et sur ce qui se cache derrière la Night School de Cimmeria, on ne peut pas dire que Rupture fasse beaucoup progresser l’intrigue et c’est bien dommage. Au contraire, j’ai eu l’impression de faire du sur-place pendant 400 pages. Alors, oui, c’est agréable à lire, j’étais contente de retrouver les personnages, mais l’auteur aurait pu en donner plus à ses lecteurs. Là j’ai juste eu l’impression qu’il s’agissait d’une pause entre deux tomes palpitants. Décevant.



mercredi 18 décembre 2013

City Girl, Sarah Mlynowski

Résumé :

De : Jeremy@speedymail.com
A : JackieNorris@cupid.com
Objet : Nouvelle vie
Salut, comment ça va ? M'éclate en Thaïlande. Ai rencontré fille super. Vais faire un bout de route avec elle. T'appelle plus tard. Jerem

Je suis folle de rage ! Il a osé me faire ça, à moi : me jeter comme un vieux clou par un misérable mail, pendant que je trime au bureau en rêvant de quitter mon deux-pièces-cagibi pour vivre le grand amour avec... Avec qui au fait ? Qu'ai-je donc fait pour mériter ça ? Comme si je n'avais pas déjà assez d'ennuis avec mon loyer, mes collègues, ma coloc... Heureusement que j'ai la chance d'avoir de bonnes copines pour me remonter le moral ! Sans oublier que je vis à Boston, une ville où habitent quelques centaines de milliers d'individus du sexe masculin. Parmi eux, il doit y avoir un Mister Right... Qui sait, ce mail, c'est peut-être un signe du destin ?


Avis :

Jackie est amoureuse de Jeremy, qui lui aussi est fou de Jackie. Enfin en principe. Mais la couche de vernis craque et la réalité saute au visage de la jeune femme. La pause que le couple faisait à l’occasion du voyage de Jeremy en Thaïlande se transforme en rupture pure et simple (et sans y mettre les formes). Officiellement célibataire, Jackie va devoir rebondir, se reprendre en main et partir à la recherche du futur homme de sa vie.
Au fil des pages, le lecteur apprend à connaître l’héroïne et va rapidement se rendre compte que la jeune femme est incapable de rester seule et que sa chasse à l’homme, plutôt rigolote au départ, paraît un peu pathétique au final. De rencontres en ruptures, la jeune femme va grandir et apprendre à s’assumer en tant qu’adulte responsable, mais cet apprentissage ne se fait pas toujours en douceur. Heureusement pour Jackie, elle peut compter sur ses amis pour la soutenir dans ses moments de blues.
City Girl est un roman léger et divertissant qui ne soutient pas la comparaison avec les grands noms de la chick-lit, mais permet de passer un agréable moment, sans prise de tête.


mardi 17 décembre 2013

JLNN - Le bilan



Nous partîmes pour six ; mais par un élan de courage
Nous nous vîmes vingt-sept en arrivant au terme.



Le JLNN a pris fin le 11/12/13 (à 14h15) (non, je plaisante) et il est plus que temps d’en faire un rapide bilan.
Peu attirée par le format court, je décidai néanmoins de tenter l’aventure et de lire 6 ouvrages du genre. Force est de constater que cette année passée en compagnie de Lune, l’organisatrice, et des autres participants m’a fait changer d’avis, puisqu’au final ce sont 27 recueils, anthologies ou nouvelles que j’ai découverts. Et comme j’y ai pris goût, je rempile même pour la version allégée de ce challenge, le JLNND !

Un grand merci à Lune qui s’est lancée corps et âme (ou presque) dans l’organisation de ce challenge et à tous les participants pour leurs idées de lecture. Un merci spécial à ma copine Strega qui est toujours de bon conseil et m’a fait découvrir nombre d’auteurs intéressants.

Mes plus belles découvertes ont été Rozenn avec Le rêve du Prunellier, Anthelme Hauchecorne et son Punk’s not dead et Mathias Malzieu avec Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi.


Si le cœur vous en dit, n’hésitez pas à nous rejoindre et à faire plein de belles découvertes !



lundi 16 décembre 2013

Une fille entre dans un bar..., Helena S. Paige

Résumé :

Quand votre meilleure amie vous plante au dernier moment, vous vous retrouvez seule dans un bar sélect, fréquenté par les riches et célèbres. Vous avez enfilé votre petite robe fétiche, mis du noir sur vos yeux, alors pourquoi ne pas en profiter un peu ? Passerez-vous la soirée avec une rock star ou préférerez-vous séduire le jeune barman au corps de sculpture grecque ? Accepterez-vous l’invitation d’une mystérieuse artiste au charme exotique ou succomberez-vous au badinage d’un businessman millionnaire à la Christian Grey ? Que diriez-vous plutôt d’une folle équipée avec un garde du corps bodybuildé, au volant de l’Aston Martin de son patron ? Et si vous choisissez de rentrer sagement chez vous, peut-être croiserez-vous le nouveau voisin au magnétisme troublant… À vous de choisir comment la nuit finira...


Avis :

Très friande des Livres dont vous êtes de héros, j’étais très curieuse de découvrir cette version épicée. Je me suis donc plongée dans cette lecture avec entrain.

Au départ, on me propose de sortir de chez moi avec, au choix, une culotte gaine, un string ou rien. La Bridget Jones en moi n’a pas hésité une seconde, j’ai pris la culotte. Las, il a fallu que je me rende à l’évidence, ce livre se veut sexy et me renvoie me rhabiller avec le string. D’humeur taquine, je décide de passer outre et m’apprête à sortir de chez moi sans rien. Poum, retour à la case départ, je dois mettre le string. Passablement agacée je me dis que le livre aurait dû commencer par « vous enfilez un string et sortez de chez vous », on aurait gagné du temps. Bref, me voilà dehors et mon côté bling-bling rock’n roll me pousse dans les bras d’une rock star. Enfin du batteur du groupe, on ne peut pas tout avoir. Mais notre idylle va tourner court quand ce tordu me sort : « tu me pisses dessus. Où tu veux, lâche-toi ». Au secours ! Qui peut être émoustillé par cette demande ?! À ce stade j’ai juste envie de rentrer chez moi et de refermer le livre. Mais j’en veux pour mon argent, je décide donc d’aller chez Mélissa (ma copine virtuelle de l’histoire) pour lui raconter mes malheurs. Finalement je finirais chez moi, fin de l’aventure.
Ok, je ne me laisse pas abattre, mon string et moi retentons l’expérience. Cette fois je passe mon tour pour la rock star et je file à une expo. Il faut noter que je suis vraiment une gourde si on en croit ce livre, je bégaye, je cherche mes mots, je lis une revue à l’envers, je n’ai vraiment pas inventé l’eau tiède et ça me gonfle de devoir incarner une femme aussi cruche. Car le livre ne cesse de s’adresser à moi en m’interpellant de « vous » toutes les pages alors que j’ai vraiment un mal de chien à m’identifier à Miss String. Mais revenons à notre histoire et à l'expo, où je fais la connaissance d’Immaculata (si si..) le modèle sur les photos qui s’extasie sur ma plastique « Regarde un peu son grain de peau ! ». Technique de drague novatrice, il faut le reconnaître ! C’est tellement cul-cul la praline que je renonce à l’expérience saphique que je vois arriver gros comme un camion et retourne au bar. Je vais vous épargner le puceau émotif (« Je ne t’oublierai jamais, murmure-t-il, l’air sérieux. Pas même si je vis jusqu’à quatre-vingt-dix ans et que je fais l’amour à des millions d’autres femmes. ») ou le cuistot artiste (« vous avez la sensation qu’il vous masse le vagin de l’intérieur »), il y en a pour à peu près tous les goûts mais assurément pas le mien. J’ai soupiré, levé les yeux au ciel, ri, été limite dégoutée (la rock star m’a traumatisée), mais jamais je ne me suis sentie transportée. C’est mal conçu, mal écrit, parfois ridicule là où l’intention était sans doute de faire de l’humour et les quelques scènes qui pourraient faire frémir sont ternies par l’ensemble.


Si vous voulez un roman dont vous êtes le héros faites un tour du côté des rééditions chez Gallimard Jeunesse et si vous voulez de l’érotisme, je vous recommande les séries Crossfire ou Beautiful. Mais, là, passez votre chemin et ne perdez pas votre temps avec Une fille entre dans un bar…