jeudi 27 novembre 2014

Le Sang du Rock T2 - Bad to the Bone, Jeri Smith-Ready

Résumé :

Même si elle a sauvé la station, Ciara Griffin n'a pas le temps de se reposer sur ses lauriers. Alors que WVMP organise une soirée à réveiller les morts pour Halloween, la fête tourne court ! Une bande d'extrémistes piratent les émissions de la station et mettent le feu au bar où se déroule la soirée. Ciara n'a pas l'intention de se laisser faire ! Mais parviendra-t-elle à défendre la radio tout en gérant son petit copain vampire, son amie amoureuse d'un mort-vivant, son père l'arnaqueur, ses mystérieux pouvoirs anti-sacré et le molosse vampire qui l'a adoptée depuis qu'elle l'a libéré ?


Avis :

Nous retrouvons Ciara et les vampires DJ pour Halloween (ben oui, tant qu’à faire). La fête tourne court quand la station radio est piratée et que le bar où se déroulait la fête explose (littéralement). Qui en veut à WVMP et pourquoi ? Mais, la vie de Ciara est bien plus tourmentée que ça, entre essayer de faire la promotion de la radio sans trahir la nature de ses animateurs, gérer un journaliste très curieux, son copain vampire ou un « vampichien » très affectueux, la jeune femme n’a pas assez de 24h par journée pour tout faire…


Cette série est décidément pleine de surprises, d’originalité et très addictive. Ou pas. Parce que, vu que la suite ne sortira pas en VF, on peut douter de mes goûts qui ne sont vraisemblablement pas ceux de la majorité. Bref, passons… L’intrigue est bien ficelée, le personnage de Ciara est attachant et j’ai adoré la suivre dans ses pérégrinations. Sa façon de tout mener de front, d’essayer d’aider tout le monde sans pour autant bénéficier de super pouvoirs rend sa détermination d’autant plus louable. Sa romance avec Shane est compliquée mais ne prend pas le pas sur l’intrigue principale, ce qui est très appréciable. Le rythme est soutenu, on ne s’ennuie pas un instant, l’auteur maîtrise parfaitement le temps et les pages défilent trop vite. J’aurais aimé suivre les aventures de Ciara, mais hélas notre bout de chemin ensemble s’arrêtera ici, à moins d’un miracle…

mercredi 26 novembre 2014

Half Bad, Sally Green

Résumé :

"Tout le monde l'ignore, mais notre monde abrite des sorciers. Des sorciers blancs, qui sont bons. Et des noirs, qui incarnent le Mal. Au milieu, il y a Nathan. Nathan, dont le père est le plus puissant des sorciers noirs. Et dont la mère, grande sorcière blanche, est maintenant morte. Nathan fait peur, car il est différent. Bon ? Mauvais ? Nul ne le sait. À tel point que le Conseil des sorciers lui enlève de plus en plus de libertés. Pour finir par l’enfermer et le torturer. Nathan sait qu’il doit s’échapper avant ses 17 ans. Car, à 17 ans, tous les sorciers reçoivent leur don à travers une cérémonie. Et le seul à pouvoir pratiquer cette cérémonie est Marcus, son père. Nathan parvient à s'échapper, mais le plus dur reste à faire : retrouver son père. Comment faire quand tout le monde vous traque, et que vous ne pouvez avoir confiance en personne - pas même en votre famille ou en la fille que vous aimez ?"


Avis :

Nathan est un sorcier « métis », élevé dans la famille de sa mère, une sorcière blanche, depuis le suicide de son père. La branche maternelle ne voit d’ailleurs pas d’un bon œil son héritage côté paternel. Traité comme un moins que rien, insulté, rabaissé, torturé, Nathan sait qu’il doit fuir avant ses dix-sept ans, sinon il mourra.


L’univers créé par Sally Green est original et bien construit, sombre et très immersif. Le récit est bien écrit, mais malgré toutes ces qualités, je n’ai pas accroché plus que ça avec l’histoire et me suis ennuyée. Le Bien, le Mal, un thème maintes fois mis en scène et sans doute trop pour moi. La lecture n’a pas été désagréable, mais je n’y ai pas trouvé mon compte.


Nom de code Verity, Elizabeth Wein

Résumé :

Il me reste deux semaines à vivre. Ensuite, je sais que vous me tuerez. C'est le sort que vous réservez à tous les espions que vous coincez, non ? Alors autant coopérer, si ça peut m'éviter les interrogatoires brutaux du capitaine SS von Linden. Je vais vous livrer tout ce que je sais de l'effort de guerre britannique : les codes, les lieux, les modèles d'avion... Tout a commencé le jour où j'ai rencontré Maddie. Le pilote qui m'a conduite jusqu'en France, c'était elle. Nous avons tenté une invasion en tandem... Nous formions une équipe du tonnerre.


Avis :

Durant la Seconde Guerre Mondiale, Queenie, une jeune prisonnière, décide de coopérer avec la Gestapo et de livrer à ses bourreaux toutes les informations dont elle dispose sur l’arsenal et les projets de son propre camp. Rédigé sous forme d’un long récit, la jeune fille mêle ses réflexions personnelles et sa propre histoire aux informations stratégiques.


J’avais très envie de lire ce roman et je me suis finalement ennuyée comme un rat mort. Si les descriptions des conditions de vie pendant la guerre et de la détention du personnage principal étaient assez intéressantes, celles de l’arsenal des alliés m’ont profondément lassée. Les types d’avions, comment les piloter et les plans de vol n’ont jamais suscité mon intérêt dans la vraie vie (et ce n’est pas faute d’avoir été aux meetings aériens de Cerny dans ma jeunesse) et ça ne s’est pas arrangé lors de cette lecture. La seconde partie est racontée du point de vue de Maddie, celle par qui tout a commencé, et m’a un peu sortie de ma léthargie, mais pas assez, si bien que j’ai trouvé ma lecture bien longuette…


Chani et sa PAL S02 E03 - Je touche au but

Souvenez-vous, j’avais laissé ma PAL cet été à 66, avec comme vœu pieux de passer sous les 50 à la rentrée.

I DID IT \o/



J’ai même d’ores et déjà atteint mon ambitieux objectif de passer sous la barre des 30 avant la fin de l’année, je suis joie. Alors, ce n’est pas qu’une histoire de chiffres, parce que j’ai pu avancer dans des séries que j’avais laissées en souffrance comme l’excellent Cygne Noir de Richelle Mead ou le déjanté Zombie Thérapie de Jesse Petersen. C’est aussi l’occasion de voir que les goûts changent : certains bouquins qui faisaient vraiment envie à leur sortie ne semblent plus si intéressants (Les Radley par exemple), pire encore, la fantasy que j’aimais tant ne me tente plus du tout en ce moment. Ce qui au final fait un argument de plus en faveur de la « PAL zéro », mon prochain objectif :)


À suivre…


mardi 25 novembre 2014

Megan Chase T3 - Démons obsédants, Stacia Kane

Résumé :

La vie de Megan Chase est des plus mouvementées : un agent du FBI semble s'intéresser aux affaires démoniaques, les démons la poussent à exécuter le rite qui fera d'elle l'une des leurs et un individu surpuissant est à ses trousses.


Avis :

J’avais été très enthousiasmée par le premier tome de la série, un peu moins par le deuxième et je suis assez déçue par ce tome, Démons obsédants, qui vient clore la série.

À la base, c’est une série qui avait tout pour elle : l’originalité du thème avec les démons et une intéressante mythologique développée autour, une héroïne proche du lecteur, sensible et non survitaminée, une intrigue principale bien conçue, une romance qui tenait la route, ni mièvre ni trop hot. Bref, tout ce que j’aime. Sauf que Stacia Kane n’a pas tenu ses promesses sur la durée. Ce dernier tome accumule en revanche nombre de mauvais choix et de clichés auxquels s’ajoute l’impression que l’auteur a voulu terminer rapidement sa série et l’a un peu bâclée ou sacrifiée, je ne sais pas quel est le bon terme.

Le gros problème en ce qui me concerne, c’est qu’avec le premier opus j’ai lu de l’urban fantasy et là je me suis retrouvée avec une romance paranormale, et je n’ai pas compris ni pourquoi ni comment on en était arrivé là. Megan qui était sensible mais la tête sur les épaules dégouline d’amour pour Greyson qui le lui rend bien, mais forcément les choses ne vont pas se passer aussi simplement. Du coup, l’intrigue principale (qui était pourtant pas mal) passe au second plan et la romance au premier, avec une héroïne qui se « gourdifie » au fil des pages, finissant par franchement m’agacer. Grosse déception donc pour moi, comme c’est toujours le cas quand une série sort vraiment du lot pour mieux se perdre après…

lundi 24 novembre 2014

Ces choses que nous n'avons pas vues venir, Steven Amsterdam

Résumé :

Lorsque votre père, à la veille de l’an 2000, vous fait évacuer la ville avec toute votre famille, la voiture chargée de vivres et de matériel de survie, alors que vous n’êtes encore qu’un enfant, il en reste forcément quelque chose. Aussi, lorsque le monde se met à ne plus tourner rond, que le climat et l’économie se dérèglent, peut-être vous montrez-vous plus prompt que d’autres à y lire les signes de la fin d’un monde. Et sans doute vous révélerez-vous plus à même d’affronter toutes ces choses que personne n’avait vues venir.


Avis :

Le livre s’ouvre à la veille de l’an 2000 sur une famille qui fuit la ville pour la campagne, le coffre de la voiture empli de vivres, la peur du bug du millénaire chevillée au corps. Bien entendu, le bug n’aura pas lieu, mais au cours des différentes séquences qui découpent le roman, le lecteur va être témoin de l’évolution climatique, sociale et sanitaire du pays (les États-Unis ?) à travers les yeux du narrateur, de sa tendre enfance à la fin de sa vie.


Ces choses que nous n’avons pas vues venir est un livre assez déroutant de par sa construction. Il n’y a pas d’intrigue en tant que telle, le seul fil conducteur est le narrateur qui, à travers chaque tranche de sa vie, nous permet de découvrir les évolutions de la planète. Vagues de violence, épidémies, réchauffement climatique ou pseudo dictatures, les choses ne vont pas en s’arrangeant et chaque séquence est plus sombre que la précédente. Le narrateur ne juge pas la situation, ne cherche pas à changer les choses, il s’adapte, suit le sens du vent, un coup hors du système, l’autre en faisant complètement partie, il fait preuve d’une débrouillardise qui n’a d’égal que son égoïsme, à l’image de la société qui nous est présentée. J’ai été assez mal à l’aise face à ce que nous découvrons au fil des pages, d’une part parce que ça ne correspond pas à mon idéal de vie, mais surtout parce que ça me semble terriblement réaliste et donc effrayant. Seule la fin laisse néanmoins entrapercevoir une lueur d’espoir, mais le roman reste une lecture assez plombante malgré tout.

jeudi 20 novembre 2014

Le prix de la peur, Chris Carter

Résumé :

Quelques jours avant Noël, dans une église de Los Angeles, le cadavre d'un prêtre est retrouvé sur les marches de l'autel. Sa tête a été remplacée par celle d'un chien. En charge de l'enquête, le détective Rob Hunter découvre qu'un cauchemar récurrent hantait le religieux : qu'on le décapite... Bientôt, les cadavres s'accumulent. Noyée ou brûlée vive, chaque victime meurt de la façon qu'elle redoutait le plus. Comment le tueur pouvait-il connaître leur pire angoisse ? Quel lien unit ses proies ? De qui le serial killer cherche-t-il à se venger ? Pour Rob, c'est le début d'une traque infernale au cœur de la jungle urbaine de la Cité des Anges, à la poursuite d'un tueur déterminé à faire payer le prix fort à ses victimes, le prix de la peur.


Avis :

Après avoir arrêté le tueur au double crucifix, Rob Hunter va se retrouver confronté à un autre criminel, encore plus violent. Méthodique, sadique et méticuleux, ce tueur semble insaisissable, tout comme son mobile et le point commun entre les victimes. Mais l’inspecteur Hunter n’est pas de ceux qui abandonnent et sa formation combinée à son expérience va lui permettre de comprendre le fonctionnement du meurtrier.

Des scènes de crime bien gores, un tueur sadique et plein d’imagination, un inspecteur solitaire, bref, tous les ingrédients sont réunis pour un excellent thriller plein de suspens. Chris Carter sait ménager ses effets chapitre après chapitre, s’arrêtant à chaque fois sur un mini cliffhanger qui vous poussera à tourner la page, encore et encore. L’écriture est fluide, le rythme haletant, l’auteur prend beaucoup de soin dans la conception de chaque meurtre et l’intrigue est bien conçue et tortueuse. J’ai fini par soupçonner chaque nouveau personnage (l’avantage, c’est qu’après on peut s’enorgueillir d’avoir eu le coupable dans le collimateur puisque tous y sont passés), mais avant que l’auteur ne livre les clés de l’énigme, j’aurais été bien en peine de dire de désigner le coupable.

Si vous aimez les thrillers qui vous feront frissonner, n’hésitez pas à découvrir Chris Carter, vous ne le regretterez pas.

mercredi 19 novembre 2014

Trente-six chandelles, Marie-Sabine Roger

Résumé :

Allongé dans son lit en costume de deuil, ce 15 février, à l'heure de son anniversaire, Mortimer Décime attend sagement la mort car, depuis son arrière-grand-père, tous les hommes de sa famille sont décédés à onze heures du matin, le jour de leurs 36 ans.
La poisse serait-elle héréditaire, comme les oreilles décollées ? Y a-t-il un gène de la scoumoune ? Un chromosome du manque de pot ?
Que faire de sa vie, quand le chemin semble tout tracé à cause d'une malédiction familiale ? Entre la saga tragique et hilarante des Décime, quelques personnages singuliers et attendrissants, une crêperie ambulante et une fille qui pleure sur un banc, on suit un Mortimer finalement résigné au pire.
Mais qui sait si le Destin et l'Amour, qui n'en sont pas à une blague près, en ont réellement terminé avec lui ? Dans son nouveau roman, Marie-Sabine Roger fait preuve, comme toujours, de fantaisie et d'humour, et nous donne une belle leçon d'humanité.


Avis :

Dans la famille de Mortimer, les hommes ne dépassent pas leur trente-sixième anniversaire. Plus exactement, ils meurent le jour exact de leurs trente-six ans, à l’heure et à la minute près. Mortimer s’est donc fait une raison et, le jour fatidique, il attend sereinement son dernier souffle. Il a même pensé à résilier son bail et son contrat d’électricité, un homme prévoyant que voilà. Sauf que l’heure passe, sans que Mortimer ne trépasse. Est-ce un signe ? Le départ d’une nouvelle vie ?

Bourré d’humour et de tendresse, Trente-six chandelles est un livre hors-normes, surprenant, qui donne le sourire. Marie-Sabine Roger présente une galerie de personnages hauts en couleurs, truculents, touchants et très attachants, et nous fait toucher du doigt leurs histoires. Et puis, il y a surtout celle de Mortimer, résigné à mourir, qui se voit accorder un sursis alors qu’il n’est absolument pas préparé à ça. Grâce à cette situation inattendue, il va pouvoir faire ce qu’il se refusait inconsciemment : vivre. Pour le lecteur, lire ces tranches de vie c’est prendre une bouffée d’oxygène, un bol d’optimisme, une rasade de bonne humeur, c’est un petit bonheur à savourer page après page. Carpe Diem.


lundi 17 novembre 2014

Requiem pour Sascha T2 - Dies Irae, Alice Scarling

Résumé :

Je croyais que découvrir enfin mes origines m'apporterait la paix... je n'imaginais pas que ce serait un aller simple pour l'enfer. Littéralement. Destinée à déclencher l'Apocalypse, j'ai fui Lucifer. Mais le sulfureux et insupportable général démon envoyé pour me ramener m'a mise face à un choix impossible: sacrifier l'homme que j'aime ou condamner l'humanité toute entière. Devinez ce que j'ai choisi ?


Avis :

Le premier tome s’achevait de manière insupportable, autant dire que cette suite était très attendue. Sascha a retrouvé sa famille et le fait est qu’elle semble avoir vraiment trouvé sa place parmi les démons. Aidée de Zekiel, le frère de Raphaël, la jeune femme va devoir s’entraîner en prévision de combats à venir. Et c’est là que le bât blesse, la vision des choses du maître des Enfers n’est peut-être pas complètement objective et Sascha va devoir essayer de faire la part des choses.

Alice Scarling ménage le suspense et abat ses cartes avec méthode pour la plus grande joie du lecteur. Le Bien et le Mal, l’Ordre et le Chaos, elle mixe les différentes notions pour tisser sa propre mythologie dans laquelle rien n’est acquis. La relation entre Sascha et Zekiel apporte beaucoup de tensions dans cet opus, leur duo fonctionne parfaitement bien, en venant à presque éclipser le pauvre Raphaël qui nous avait tant émus dans le premier opus. Sascha prend quant à elle davantage d’ampleur, son personnage gagne en consistance et les défauts du premier tome s’effacent, le rendant encore plus attachant. La plume de l’auteur est plus affirmée, plus fluide, le rythme est soutenu du début à la fin, tout en gardant sa patte bien particulière. Nombre de questions subsistent une fois le roman refermé et j’ai hâte de lire le dernier tome pour voir où l’auteur nous emmènera.

jeudi 13 novembre 2014

D'autres royaumes, Richard Matheson

Résumé :

1918. Récemment démobilisé pour blessure, Alex White s’installe à Gatford, un paisible village anglais, cadre idéal pour sa convalescence. Les bois environnants sont réputés hantés par des esprits capricieux et maléfiques, mais ce ne sont sûrement que des racontars. Pourtant… Une effrayante rencontre dans la forêt va conduire Alex chez Magda, une veuve au charme si envoûtant qu’on la dit sorcière. Malgré ses avertissements, Alex ne peut s’empêcher de retourner dans les bois, attiré pas ses verdoyants mystères. Là, il rencontrera les fées, l’amour, le danger et bien plus encore…


Avis :


De Richard Matheson, je ne connaissais que Je suis une légende, roman que j’adore et qui m’a profondément marquée. D’autres royaumes m’attirait à cause de son auteur bien sûr, mais aussi par le résumé intrigant et de l’univers à mille lieues du livre précédemment cité. Sauf que l’impatience et les espoirs mis dans ce titre ont rapidement été douchés. Un vieil homme revient sur les évènements qui se sont déroulés plus de soixante ans auparavant, dans un petit village anglais et se perd peu à peu dans les rumeurs et légendes qui entourent le lieu… La faërie est au rendez-vous dans ce roman, mais pas vraiment développée ni exploitée, avec plutôt un aspect assez niais qui donne à D’autres royaumes des allures de premier bouquin maladroit. J’ai été déçue par cet ouvrage dans lequel je n’ai pas retrouvé la plume de l’auteur ni son talent et j’ai fini par m’ennuyer face à un héros trop lisse pour qu’on s’y intéresse vraiment. Dommage.

mercredi 12 novembre 2014

Doctor Who Saisons 1 & 2


Synopsis :

Extraterrestre de 900 ans, le Docteur est un aventurier qui voyage à travers le temps et l'espace à l'aide de son vaisseau, le TARDIS (Time And Relative Dimension In Space), qui, pour mieux s'adapter à l'environnement, a l'apparence d'une cabine téléphonique. Le Docteur voyage en compagnie d'une jeune fille. Ensemble, ils font de nombreuses rencontres sur les diverses planètes qu'ils explorent...


Avis :

À force de voir l’engouement des uns et des autres autour de cette série, j’ai décidé de tenter l’aventure à mon tour.
Le premier épisode visionné fut un choc, à la fois à cause du côté kitschouille de l’ensemble et de l’air de ravi de la crèche du Docteur. Si le second point n’a rapidement plus été un problème, le premier restera jusqu’au bout (les Slitheen, quelle horreur, je ne m’en suis pas remise). J’ai eu droit à toutes les explications (c’est fait exprès/c’est un manque de moyens/c’est comme ça), n’empêche, ça pique un peu les yeux quoi. En revanche, j’ai bien aimé les voyages dans le temps et l’espace, j’ai même eu de gros moments de flipette (tu es ma maman ?) et j’ai finalement adhéré à l’esprit de la série. Tant et si bien que j’ai versé ma larmouille quand MON Docteur ravi de la crèche change de visage.

Comme je suis une vieille chose qui n’aime pas qu’on lui bouleverse ses habitudes, le changement de Docteur m’a perturbée, il m’a fallu la moitié de la deuxième saison pour m’y habituer (heureusement qu’il va rester un peu, parce que moi j’aime pô le changement). La réalisation s’améliore, j’ai trouvé le rendu plus moderne, et les épisodes sont toujours aussi prenants, même s’il m’a manqué un épisode choc bien traumatisant (où est maman ?). Le duo formé par David Tennant et Billie Piper est très touchant et fonctionne bien, alors autant dire que la fin de la saison ne m’a pas du tout, mais alors pas du tout du tout, plu. Encore une larmouille de versée, Rose Tyler me manquera… Nimbus est devenu un grand fan aussi, il me tanne depuis des jours pour que nous regardions la troisième saison, d’ailleurs j’y vais…


mardi 11 novembre 2014

We were Liars, E. Lockhart

Résumé :

A beautiful and distinguished family.
A private island.
A brilliant, damaged girl; a passionate, political boy.
A group of four friends—the Liars—whose friendship turns destructive.
A revolution. An accident. A secret.
Lies upon lies.
True love.
The truth.


Avis :

Être un Sinclair, c’est être beau, riche, sourire en toutes circonstances et surtout sauver les apparences, quelle que soit la situation. La tribu se réunit tous les étés sur l’île familiale, c’est ainsi que se noue l’amitié entre les petits-enfants du patriarche. Cadence, Mirren, Johnny et Gat (la pièce rapportée) sont inséparables le temps des vacances, mais ne se voient pas ni ne communiquent en dehors de cette période d’insouciance. Le temps passant, Cadence et Gat se rapprochent, jusqu’à l’été des 15 ans durant lequel un accident va se produire, changeant irrémédiablement leurs vies.


J’ai lu ce roman grâce à l’enthousiasme de Cécile qui a su me convaincre et je ne le regrette pas, ce temps passé avec la famille Sinclair m’a torturé les méninges et fait passer un très bon moment. Pas évident d’expliquer pourquoi, sinon je spoilerai allègrement, mais sachez que ce roman est en fait une énigme à résoudre et que l’auteur brouille les pistes, donne des indices (dont vous ne comprendrez l’importance qu’après coup, sinon c’est pas drôle) et manipule le lecteur. Toute fiérote que j’étais, j’ai pensé à plusieurs reprises avoir trouvé le pourquoi du comment, mais JAMAIS je ne m’attendais à ça. Je ne m’en suis d’ailleurs jamais approchée non plus (ma fierté est redescendue d’un cran au passage), je suis vraiment tombée des nues quand le rideau s’est levé et que la solution est donnée. Le roman est extrêmement bien construit (il y a peut-être quelques incohérences ou des choses qui m’ont fait tiquer pour cause de mauvaise traduction de ma part, je ne suis pas sûre), l’auteur a bien ficelé son énigme, c’est un plaisir de se laisser happer. Je vous recommande chaudement We were Liars si vous aimez les secrets de familles, les ambiances pleines de mystères et que vous aimez faire chauffer vos neurones.



lundi 10 novembre 2014

Effacée T2 - Fracturée, Teri Terry

Résumé :

Après son Effacement, Kyla aurait dû perdre complètement la mémoire et devenir une nouvelle personne. Mais son cerveau et son corps ont conservé une partie de ses souvenirs. Et, au fond d'elle, résonne une voix qui n'est pas celle de la fille sage et soumise qu'on voulait faire d'elle. Une voix qui lui fait peur... En essayant de comprendre ce qui est arrivé à Ben, le garçon qu'elle aimait, Kyla devra pourtant affronter les fantômes de son passé. La vérité pourrait la broyer, mais, dans une société rongée par la peur, le mensonge et la manipulation, c'est aussi la seule voie qui conduise à la liberté.


Avis :

Kyla a été effacée et aurait dû reprendre sa vie à zéro, sans aucun souvenir de son existence passée. Sauf que la mémoire de la jeune fille lui revient peu à peu. D’abord quelques bribes, puis un nom, un visage, jusqu’à ce que la jeune fille se rappelle tout à fait qui elle était. La disparition de Ben, ajoutée à ce dont Kyla se rappelle, la pousse à chercher des réponses, toujours et encore. Mais les réponses qu’elle va trouver ne sont pas forcément des plus réconfortantes.


Fracturée est une suite réussie, haletante et qui fait froid dans le dos par bien des aspects. Suivant la quête de vérité de l’héroïne, le lecteur va découvrir des choses qui dépassent l’entendement. Les cartes se brouillent peu à peu, qui a raison, qui a tort, qui ment ? Plus il avance dans le roman, plus le lecteur va virer parano et ne faire confiance qu’à Kyla, les autres étant tous potentiellement dangereux. L’auteur ne ménage pas ses efforts et construit une énigme plus complexe qu’on peut le penser de prime abord, moi j’ai marché à fond dedans et je veux connaître la suite !



vendredi 7 novembre 2014

Le divin enfer de Gabriel T3 - Rédemption, Sylvain Reynard

Résumé :

Le Professeur Gabriel Emerson a quitté son poste à l'université de Toronto afin de suivre sa bien-aimée Julia. Ensemble, il sait qu'ils pourront faire face à tout. Et il est impatient de devenir père. Mais les études de Julia menacent les plans de Gabriel. Lorsque l'on confie l'honneur à la jeune femme de donner un cours à Oxford, Gabriel est forcé de se confronter à Julia - ses recherches viennent s'opposer aux siennes. Et à Oxford, plusieurs personnes ressurgissent du passé, incluant une vieille ennemie prête à tout pour humilier Julia et dévoiler l'un des plus sombres secrets de Gabriel. Afin d'affronter ses derniers démons, Gabriel décide de faire des recherches sur ses parents biologiques, déclenchant une chaîne d'évènements qui aura des répercussions sur lui, Julia, et son espoir de former une famille.


Avis :

Rédemption se déroule six mois après les évènements du second opus. Gabriel et Julia sont mariés, la jeune femme est totalement investie dans ses études et pourtant, le couple va commencer à aborder la possibilité d’un futur bébé. Mais pour autant, tout n’est pas facile, entre les tensions professionnelles au sein du couple et le passé de Gabriel…

Ce dernier tome plaira sans nul au doute aux fans de la série, surtout qu’ils attendaient frénétiquement la suite et doivent être ravis que les éditions Hugo New Romance aient pris le flambeau pour traduire et publier Rédemption. Cette conclusion de la trilogie boucle la boucle et contentera les fans qui retrouveront leurs personnages tant aimés. Quant à moi, je n’aime pas vraiment le mélange entre propositions coquines, religion et pseudo philosophie. Le couple phare ne m’a pas fait vibrer, je trouve même Gabriel assez antipathique, et Julia ne me touche pas. Dans ses conditions, difficile d’apprécier la série de Sylvain Reynard.


Mais rassurez-vous, si vous avez aimé le début de la série, vous vous régalerez avec Rédemption.

jeudi 6 novembre 2014

Love Game T2 - Twisted, Emma Chase

Résumé :

Cela fait maintenant deux ans que Drew et Kate vivent une passion heureuse... Tomber amoureux c'est facile, mais se faire confiance c'est bien plus compliqué. Dans ce deuxième tome de la série Love Game, aussi drôle qu'émouvant, Kate nous confie que tout n'est pas si rose et qu'un événement imprévu remet en cause sa relation passionnée avec Drew. Kate est confrontée à un choix, le plus important de toute sa vie... De son côté Drew a fait le sien, il a choisi pour eux deux. Mais ce n'est pas le genre de Kate de se laisser dicter sa vie. Elle retourne donc chez elle, dans l'Ohio, seule. Enfin pas tout à fait... Dans ce livre on retrouve le duel amoureux sexy et magnétique formé par Kate et Drew, avec cette fois-ci l'histoire racontée du point de vue de Kate qui nous confie ses émotions et ses doutes avec humour et passion, un personnage attachant dans lequel chaque femme peut se retrouver.


Avis :

Deux années de bonheur conjugal se sont écoulées et c’est cette fois Kate qui va prendre la parole pour nous faire part des événements qui font trembler sa relation avec Drew. Une nouvelle fois, comme souvent dans ce type de roman, c’est un problème confiance qui vient gâcher la fête, d’ailleurs pour pas grand-chose si on regarde bien.

On retrouve le ton léger et l’humour du premier tome, ainsi que la sensualité présente tout du long. Drew est toujours aussi attachant (notez que dans la vraie vie je le jugerais sûrement plus sévèrement, mais bon) et Kate est… pénible quand même, vraiment. Ce tome réserve pas mal de surprises et le lecteur a presque l’impression de faire partie de la famille. Ce sentiment est d’ailleurs renforcé par la narration, puisque Kate s’adresse directement à lui, le prenant à témoin. Personnellement, je ne suis pas très à l’aise avec cette façon de mener le récit, mais j’imagine que ça plaira à d’autres. Restent les trop nombreuses coquilles qui gâchent un peu la lecture… Mais que les fans du premier tome se rassurent, Twisted est à la hauteur, cette suite agréable leur plaira à coup sûr.

mercredi 5 novembre 2014

Rouge Rubis - Le film



Synopsis :

Gwendolyn est une jeune londonienne ordinaire. Un jour, alors qu’elle rentre du lycée, elle est soudainement transportée en 1900 par une force inconnue. De retour dans le présent, elle est approchée par une société secrète qui la surveille depuis sa naissance. Elle est en fait la dernière voyageuse, le Rubis. Aux côtés de son charmant partenaire Gideon de Villliers, elle devra voyager à travers les âges pour accomplir de mystérieuses missions…


Avis :

Rouge Rubis arrive, selon moi, juste derrière Vampire Academy dans le top des adaptations de romans ratées. Cette production germanique ne m’a guère convaincue, le film était long et pénible, les acteurs mauvais, les costumes à pleurer (de rire) et l’ensemble grandiloquent et prétentieux pour un film qui reste pourtant très léger niveau contenu.

Seul point positif, la trame du livre est globalement respectée, mais l’ayant lu il y a trois ans, ma mémoire flanche un peu. Passons aux acteurs et, là, c’est la foire aux teenagers lolilol. Le rôle de Charlotte est surjoué dans le mépris et la colère, la coupe de cheveux de Gideon ferait sombrer ma coiffeuse dans la dépression et Gwendoline semble aussi concernée par la situation que mon chat face à un devoir de maths. Pour cette dernière, on peut aussi noter un manque d’élégance qui fait passer les costumes d’époque pour des déguisements achetés à la Foir’fouille. Le rendu fait cheap, le décolleté est de guingois, le corset fripé, sur cintre on a l’impression que les robes sont jolies, mais portées c’est l’horreur et ça m’a vraiment gênée. Les décors, eux, alternent entre justesse et too much, donnant au final une impression de bâclé. Pour conclure, le film est plus drôle (dans le sens rire nerveux) qu’autre chose, l’intérêt des voyages dans le temps est relégué au second plan pour privilégier les gloussements adolescents. Sans moi pour la suite.



mardi 4 novembre 2014

October Daye T3 - An Artificial Night, Seanan McGuire

Résumé :

Changeling knight in the court of the Duke of Shadowed Hills, October "Toby" Daye has survived numerous challenges that would destroy fae and mortal alike. Now Toby must take on a nightmarish new assignment. Someone is stealing both fae and mortal children—and all signs point to Blind Michael. When the young son of Toby's closest friends is snatched from their Northern California home, Toby has no choice but to track the villains down, even when there are only three magical roads by which to reach Blind Michael's realm—home of the legendary Wild Hunt—and no road may be taken more than once. If she cannot escape with all the children before the candle that guides and protects her burns away, Toby herself will fall prey to Blind Michael's inescapable power.
And it doesn't bode well for the success of her mission that her own personal Fetch, May Daye—the harbinger of Toby's own death—has suddenly turned up on her doorstep...


Avis :

Je ne dis pas merci à l’éditeur français Pygmalion qui a lâchement abandonné la série October Daye en cours de route (très rapidement cela dit, au bout de seulement deux tomes), m’obligeant ainsi à devoir lire la suite en VO. C’est bon pour entretenir mon anglais, mais ça me gonfle tellement que je me devais d’en parler (c’est pour ma thérapie, toussa toussa).

Cette fois ci, Toby va enquêter sur la disparition d’enfants, dont deux de ceux de ses amis, et va se retrouver face à sa Fletch (une espèce de soi annonciateur de sa mort à venir), May (May Daye, ha ha ha), une rencontre que la jeune femme n’avait pas vraiment envie de faire.


Cet opus va emmener le lecteur plus loin dans sa connaissance de la Faërie. On découvre Blind Michael, un des premiers-nés, aussi fou que puissant, et de fait, de nombreux arcanes de cet univers. Le lecteur va retrouver ses personnages favoris comme Tybalt (rhaaaaa), Connor (re-rhaaaaa), Quentin, ou, plus amusant, Spike, le gobelin des rosiers (j’ai un peu oublié le nom en français et j’ai la flemme de chercher, toutes mes excuses si j’ai écorché sa dénomination) qui prend une plus grande place ici. Seanan McGuire approfondit encore la personnalité de ses protagonistes et renforce les liens entre ces derniers, les rendant de plus en plus attachants. An artificial night reprend en outre les ingrédients qui ont fait le succès des précédents tomes : l’action, l’humour et pas de sexe ni de romance dégoulinante. Ce roman réserve aussi pas mal de surprises et de révélations, donnant l’envie de se jeter sur le suivant. Je vais attendre un peu, mais pas trop longtemps.

lundi 3 novembre 2014

Lignes de vie, Samantha Bailly

Résumé :

Gabrielle et Antoine se sont peut-être déjà croisés, au détour d’une rue, au jardin des Plantes ou dans un café. Mais rien ne les destinait à se rencontrer. Et pourtant, une lettre pourrait bien bouleverser leurs vies... s’ils acceptent de laisser une chance à l’improbable et de prêter l’oreille aux sentiments.


Avis :

Une missive arrivée par hasard dans une boîte aux lettres, une réponse qu’on fait sans trop savoir pourquoi et c’est ainsi que démarre une correspondance entre deux inconnus qui vont peu à peu se découvrir. Gabrielle est étudiante, Antoine journaliste et leurs vies vont être bouleversées par leurs échanges épistolaires qui leur permettent de se livrer à cœur ouvert, sans craindre d’être jugés. Chacun se confie à l’autre, les petites choses du quotidiens, les joies comme les peines, demande conseil à l’autre et leur amitié se noue, se renforce peu à peu. Chacun en couple, leur amitié leur permet d’exprimer leurs doutes et espoirs, leurs désillusions et leurs projets. Et, peu à peu, le lecteur devient familier de ces personnages de papier et lit leurs échanges avec avidité jusqu’à la fin, un peu convenue, certes, mais tant espérée.
La plume de Samantha Bailly est encore une fois envoûtante. On retrouve la thématique des liens entre les personnages qu’elle développera plus tard dans Ce qui nous lie. Samantha a le don de raconter les histoires, de mettre à jour les sentiments, le ton sur un ton résolument moderne et intimiste qui me séduit toujours.

Lignes de vie se lit vite, trop vite, mais m’a mis du baume au cœur pour la journée, merci.

samedi 1 novembre 2014

Photos Book Challenge

Parce que j'ai vu le résultat chez Acro (n'espérez pas de jolies photos comme ça ici hein, je suis aussi douée en photo qu'en cuisine...) et que je trouvais ça sympa, je me suis décidée à rejoindre ce challenge pour le mois d'octobre.

C'est encore Liyah qui s'y colle ce mois-ci pour la traduction. En principe on doit poster les photos chaque jour sur Instagram si j'ai tout bien compris, mais en ce qui me concerne, je viendrai mettre à jour ce post deux fois par semaine (le mercredi et le week-end) (voire plus si affinités) et je publierai la mise à jour sur ma page Facebook, assortie du #LiyahPBC qui va bien. 

Voilà la liste des réjouissances pour le mois en cours.



1. Pas lu en septembre


Pas lu non plus en août, ni en juillet... Il reste sur ma PAL, désespérément.


2. PAL du mois


Ce n'est qu'un extrait, le reste viendra selon l'inspiration du moment.


3. Coup de cœur de septembre



4. Un livre jamais fini


C'est pourtant pas faute d'avoir essayé à plusieurs reprises...


5. Une couverture jaune



6. Un livre de Fantasy


Dédicacé, mon précieuuuuuuuuux


7. Un livre drôle



8. Une couverture que tu n'aimes pas


Pourquoi n'ont-ils pas gardé les illustrations d'origine ??

9. Qui commence par C


J'adore ce livre <3


10. Un témoignage / une bio



11. Une série que tu n'aimes pas


D'ailleurs les 5 tomes sont à vendre, n'hésitez pas à me laisser un message si vous êtes intéressé ^^


12. Ta prochaine lecture




13. Lire à plusieurs


Je ne sais pas encore, les votes sont encore ouverts ;)


14. Avec une voiture sur la couverture


Heureusement que Mercy était là, sinon je n'avais rien d'autre !


15. Lire en mangeant



16. Une suite attendue


La suite des Chroniques des Arcanes de Kresley Cole. Sauf que j'attends la VF moi !


17. Où tu aurais vu une autre fin


Rahlala, Ambre, Ambre, Ambre, pourquoi ton aventure s'achève ainsi ?? (vous avez sous les yeux une authentique édition de 1946, je n'en suis pas peu fière ^^)


18. Un livre de cuisine



19. Un livre de ton enfance


Alors bien sûr ce n'est pas ce livre-là, il est trop récent, mais les aventures du Petit Nicolas m'ont longtemps accompagnée.


20. À la bibliothèque



21. Dernier livre acheté



22. Lecture et musique


Indissociables de mes trajets quotidiens.


23. Un livre de saison


Bah oui, c'est bientôt Halloween ^^


24. Ton personnage préféré



25. Lire et plaisir


Mon plaid, un bon livre, un thé et du chocolat !


26. Un proche avec ton livre préféré



27. Qui commence par P



28. Ton prochain achat



29. Un livre marquant


Ensemble c'est tout (j'ai eu la flemme de le sortir, il est tout en haut et il y a une rangée par-dessus)


30. Le plus gros livre de ta PAL


Pas très épais vu comme ça, mais 1338 pages quand même.


31. Un livre qui fait peur


La scène d'ouverture de L'âme du mal... Beurk beurk beurk


Bilan

Alors c'était bien sympa à faire, mais je ne pense pas rempiler de suite. Parce que ça prend pas de temps et que j'ai la fibre artistique d'une grenouille borgne donc mes photos sont très basiques. Après, même si je suis une buse en photo, ça reste amusant et ça m'a fait redécouvrir des livres dans mes biblios en en cherchant d'autres, donc en plus c'est utile !