vendredi 30 janvier 2015

Une fille cache l'autre, Abbi Glines

Résumé :

Croyant qu'une aventure lui permettra d'oublier Ashton qui l'a quitté quelques mois plus tôt pour Beau, son propre frère, Sawyer sort avec Lana.
Folle amoureuse de lui, Lana est prête à tous les sacrifices pour effacer le souvenir de cet amour perdu. Mais l'omniprésence d'Ashton et de Beau ne lui facilite pas la tâche.
Si Sawyer ne parvient pas rapidement à aller de l'avant, Lana pourrait bien, elle aussi, se détourner de lui...


Avis :

Une fille cache l’autre se déroule six mois après la fin du premier opus, Un garçon de trop. Sawyer peine à se remettre de sa rupture avec Ashton et voir sa belle, jour après jour, roucouler avec son frère (merci Becca de m’avoir rafraîchi la mémoire, j’avais oublié cet élément du premier tome) ne l’aide pas. Quand Lana, amoureuse du jeune homme depuis l’enfance, vient passer l’été chez sa cousine, Sawyer y voit l’occasion de rendre jalouse son ex et, pourquoi pas, de la récupérer. Mais entre la théorie et la réalité, il y a une marge…

On prend les mêmes et on recommence, ou comment rendre imbuvable l’héroïne du premier tome, ce qui finit presque par prendre le pas sur le reste de l’histoire. J’ai beaucoup aimé la romance entre Lana et Sawyer, mais le comportement d’Ashton, pourtant consciente du mal qu’elle a fait à son ex, fait d’elle le gros parasite de l’histoire. Après, on peut dire que ça fait partie des obstacles que le couple devra franchir toussa toussa, mais j’ai eu du mal quand même. Heureusement, les sentiments qui se nouent peu à peu entre Lana et Sawyer arrivent finalement à l’éclipser et c’est avec plaisir que j’ai suivi le cheminement de leur histoire qui est bien mignonne au final.




jeudi 29 janvier 2015

Les Errants T2 - Evolution, Denis Labbé

Résumé :

« Enfermés dehors... Aux portes de nos foyers, dans une ville familière mais infestée d'Errants... Qu'allions-nous faire ? » Après avoir réchappés aux premiers massacres, Marion et ses amis arrivent enfin à Lunéville, certains d'y retrouver leurs proches et un havre de paix. Pourtant, dès leur arrivée, tout ne se passe pas comme prévu. Non seulement les zombies sont partout, mais en plus, certains semblent avoir muté. D'abri, ils ne trouvent qu'un village en état de siège, dans lequel ils devront redoubler d'astuce et de force, compter sur de nouveaux alliés et se serrer les coudes malgré les tensions au sein de leur groupe, tout ça dans l'unique but de survivre.


Avis :

Nous avions laissé notre groupe d’ados épuisés aux portes de Lunéville où ils voulaient retrouver leurs parents. Après deux semaines d’errance, de peur et de souffrance, ils n’aspirent qu’à rentrer chez eux et laisser l’horreur derrière. Sauf que l’apocalypse zombie s’est répandue plus vite qu’ils n’ont avancé et Lunéville est loin d’être le refuge tant espéré.


Alors que dans le précèdent opus Marion et ses amis étaient mus par l’espoir de retrouver leur famille, ils vont devoir se rendre à l’évidence, leurs vies ont irrémédiablement changé et c’est l’instinct de survie qui va les pousser à poursuivre et à se battre. Les adolescents grandissent à toute vitesse et gagnent en maturité face à ce monde où le danger n’est pas toujours où on l’attend. Côté zombies, Denis Labbé ne tombe pas dans la facilité et propose sa propre vision du mort-vivant, effort très appréciable en ces temps où les zombie-books pullulent en librairie. Ce deuxième tome est plus sombre, plus mature, je l’ai davantage apprécié même si j’ai toujours du mal avec les jeunes héros qui parfois m’agacent grandement (question de génération sûrement). J’ai hâte de voir comment l’auteur va finir son histoire.


mercredi 28 janvier 2015

Mercy Thompson T8 - La Faille de la nuit, Patricia Briggs

Résumé :

Fuyant son nouveau compagnon violent, Christy, l’ex-femme d’Adam, fait un retour fracassant dans les vies d’Adam et Mercy. La cohabitation n’est pas simple. Surtout lorsque Christy décide de monter la meute contre Mercy afin de récupérer Adam. Et la situation empire lorsque son petit ami retrouve sa trace : les cadavres s’empilent et Mercy va devoir mettre ses problèmes personnels de côté pour affronter une créature bien décidée à réduire son monde en miettes !


Avis :

On ne présente plus Mercy, Adam et la meute du bassin de Columbia. Pour ce huitième tome, Patricia Briggs pimente encore les choses en invitant Christy, ex d’Adam et mère de Jess, dans l’histoire. Cette dernière a manqué de jugement en choisissant son dernier petit ami qui s’est avéré dangereux, ayant pour conséquence de pousser Christy à venir se réfugier chez Adam. Aux prises avec un ennemi qui semble invincible, avec la purge pénible et égocentrique qu’est Christy, et face aux tensions que la présence de cette dernière fait naître dans la meute, Mercy va encore avoir fort à faire…


Je vais me répéter, mais Mercy Thompson est une série qui évolue et se renouvelle au fil des tomes et dont la qualité ne faiblit pas, au contraire. Comme quoi c’est possible, Laurell, si tu me lis... Bref, trêve de messages personnels qui ne seront de toute façon pas lus, revenons à nos moutons, enfin, à nos loups garous. La faille de la nuit voit la patience de notre Mercy unique et préférée mise à rude épreuve (celle du lecteur aussi) tandis qu’une créature inconnue arrive en ville et qu’un seigneur Gris vient lui demander des comptes. Encore une fois, Patricia Briggs ne ménage pas son personnage, pour notre plus grand plaisir. Cet opus, addictif de par son intrigue, est aussi l’occasion de mieux connaître certains personnages comme Honey ou Tadd et les récents développements sont prometteurs. Le couple formé par Adam et Mercy fonctionne toujours aussi bien, malgré la présence de Chritsy (à qui j’aurais volontiers expliqué un peu la vie…) et la plume de l’auteur est toujours aussi agréable à lire, le temps passe trop vite quand on lit ce roman, c’est bien le seul reproche que je peux faire…

lundi 26 janvier 2015

The Walking Dead T4 - La chute du Gouverneur 2ème partie, Robert Kirkman

Résumé :

Rick, Michonne et Glenn ont infligé une cuisante défaite au Gouverneur despotique qui dirige Woodbury.
Ce quatrième tome de la série nous plonge dans les errances de Philip Blake, tandis qu’il tente de revenir au pouvoir. Mais sa soif inextinguible de domination ne fera que précipiter sa perte.
Dans un formidable twist final, beaucoup des destins déroulés tout au long des précédents tomes vont être scellés. Une nouvelle ère commence pour les survivants de la communauté de Woodbury.


Avis :

Le premier volume de ce troisième tome vous l’annonçait déjà, le Gouverneur va vraiment chuter et, cette fois, c’est la bonne ! Rick &co. sont en colère et là il va manger chaud l’horrible Philip Blake.

On retrouve la même trame que dans le comics, avec un ajout de certaines scènes vues du côté des méchants. Ce tome n’apportera donc pas grand-chose aux inconditionnels de la bande dessinée (mais permettra à ceux qui ne connaissent que la série TV de découvrir le moment le plus horrible imaginé par l’auteur jusqu’ici, enfin selon moi), mais il esquisse déjà la direction que pourra prendre le suivant en développant certains personnages secondaires sur lesquels la suite serait vraisemblablement centrée (à confirmer). Un opus plutôt réservé aux fans qui veulent revivre ce moment clé mais qui ne découvrirons pas grand-chose.




jeudi 22 janvier 2015

Real T2 - Mine, Katy Evans

Résumé :

Dans le best-seller international REAL, tome 1 de la série Fight for Love, le si sexy bad boy de la ligue underground de boxe, Remington Tate rencontre enfin son âme sœur. Engagé pour s'occuper de sa condition physique, Brooke Dumas provoque en lui un désir intense et elle devient pour " Remy " aussi nécessaire que l'air qu'il respire. Il ne peut plus vivre sans elle. Brooke n'avait jamais imaginé qu'elle ferait sa vie avec l'homme dont toutes les femmes rêvent. Malheureusement tous les rêves ne deviennent pas réalité et au moment où ils ont le plus besoin l'un de l'autre, Brooke doit s'éloigner du ring et donc de Remy. Entre eux la distance et la noirceur s'installent et la seule chose que Brooke puisse faire est de se battre pour l'amour de cet homme qu'elle surnomme " LE MIEN ".


Avis :

Je n’avais que très moyennement accroché au premier tome de la série de Katy Evans, mais, après tout, il pouvait y avoir une amélioration dans la suite. C’est dans cet état d’esprit positif que je me suis lancée dans la lecture de Mine.

Alors qu’il a trouvé le bonheur en amour, Remy va vouloir regagner son titre de champion. Parallèlement, un heureux évènement va illuminer le couple qu’il forme avec Brooke, mais la jalousie maladive de la jeune femme va gâcher les choses…


Malgré ma bonne volonté, il n’y a rien à sauver dans ce tome. L’intrigue est mince comme une feuille de papier à cigarette, les scènes de sexe sont répétitives et sans grande saveur, Brooke est juste insupportable et mérite des claques. C’est donc une succession de pages où l’ennui le dispute à l’agacement et même le charme de Remington ne suffit pas relever le niveau. Ceux qui ont aimé Fight for love seront très certainement déçus de ce roman au final inutile et ceux qui n’avaient pas aimé le premier tome seront encore plus hérissés par celui-ci.

mercredi 21 janvier 2015

Play, Franck Parisot

Résumé :

Un serial-killer sévit sur New York. Sur chaque scène de crime, la police retrouve une clé USB contenant un message qui leur est adressé. Le point commun entre les victimes : toutes aimaient exposer leur vie sur internet... Les inspecteurs Bridge, Alves et Morgans se mettent à la recherche de celui qu'ils nomment " le cyclope ", en raison de la caméra frontale qu'il utilise pour filmer le calvaire qu'il fait endurer à ses victimes avant de les mettre à mort. Mais le tueur les observe... Un grand thriller qui en maîtrise tous les codes et rivalise d'ingéniosité avec ceux des maîtres du genre.


Avis :

Ne lisez surtout pas la quatrième de couverture, elle en dévoile beaucoup trop !
Un serial killer aux méthodes très « raffinées », une équipe de flics de choc, un jeu du chat et de la souris mortel, voilà ce que vous réserve ce roman.


Play est un très bon thriller, ayant pour cadre New York, signé par un jeune auteur français, dans la veine de Chattam & Co. J’aime beaucoup les auteurs français, mais pour les thrillers je préfère que l’action se déroule à l’étranger, j’ai du mal avec l’inspecteur qui enquête à Guéret, allez savoir pourquoi. Franck Parisot m’a comprise (si si, on va dire ça) et propose un roman haletant, répondant parfaitement aux codes du genre, qui n’a rien à envier aux maîtres qui ont ouvert cette voie. Oscillant entre gore et machiavélisme, son serial killer m’a fait frémir, bondir, m’a emmenée au bord de l’écœurement, tout en me gardant captive de l’histoire. Je n’en avais jamais assez, une page en appelait une autre, je voulais connaître le coupable, même si je devais y sacrifier de précieuses heures de sommeil. Play joue (ha ha) dans un registre archi connu mais avec une horrible et terrifiante originalité. L’auteur maîtrise la narration à la perfection, pour un premier roman il est bluffant, Franck Parisot est un jeune écrivain à suivre de très près.

lundi 19 janvier 2015

Le Passeur, Lois Lowry

Résumé :

Dans le monde où vit Jonas, la guerre, la pauvreté, le chômage, le divorce n'existent pas. Les inégalités n'existent pas, la désobéissance et la révolte n'existent pas. L'harmonie règne dans les cellules familiales constituées avec soin par le Comité des sages. Les personnes trop pigées, ainsi que les nouveau-nés inaptes sont " élargis". Personne ne sait exactement ce que cela veut dire. Dans la communauté, une seule personne détient véritablement le savoir : c'est le dépositaire de la mémoire. Lui seul sait continent était le monde, des générations plus tôt, quand il y avait encore des animaux. Quand l'œil humain pouvait encore voir les couleurs, quand les gens tombaient amoureux. Dans quelques jours, Jouas aura douze ans. Au cours d'une grande cérémonie, il se verra attribuer, connue tous les enfants de son âge, sa future fonction dans la communauté. Jonas ne sait pas encore qu'il est unique. Un destin extraordinaire l'attend. Un destin qui peut le détruire.


Avis :

Jonas vit dans un monde où chaque chose est cadrée, a une place bien déterminée et où les évènements se déroulent en temps voulu. Pas de place à l’improvisation, aux bonnes ni aux mauvaises surprises. Votre enfance obéît à des règles et des rites de passages stricts et votre douzième anniversaire sonne le début de l’âge adulte avec l’attribution de votre future fonction. Bien sûr, dans ce monde pas besoin de réfléchir, d’ailleurs les émotions n’y ont plus leur place : on vit la vie qui a été tracée pour vous, on ne la ressent pas. Jonas va avoir douze ans et attend son affectation avec impatience. Son enthousiasme va retomber quand il apprend qu’il est le Dépositaire de la mémoire et qu’il prend la mesure de ses responsabilités à venir.


Une société aseptisée comme antidote au mal-être des humains. Sans émotions, pas de douleur, de peine ni de souffrance. Seul le Dépositaire se souvient et porte ce lourd héritage. Mais, le pendant à une vie sans souffrance est une vie sans joie, sans bonheur sans amour, et qui en voudrait s’il savait à côté de quoi il passe à côté ? Lois Lowry présente ici sa version du meilleur des mondes, un monde aseptisé et sans saveur qui fait froid dans le dos qui permet une réflexion sur les dangers de l’uniformisation des masses et la perte des libertés individuelles. Un roman destiné au jeune public, mais qui plaira aussi des adultes.


dimanche 18 janvier 2015

Yankee Candle, ou le bonheur c'est simple comme une bougie



Qui n'a jamais entendu parler de ces petites bougies parfumées qui font fureur en ce moment ? Si c'est ton cas lecteur chéri, faut que tu sortes plus souvent de ta crypte, car en plus de ne pas te tenir au courant, tu sens un peu le renfermé...

Cette marque, c'est un peu comme la drogue : tu commences par une tartelette, "pour essayer" comme on dit, et quelques semaines plus tard tu finis par sniffer ta jarre grand modèle comme l'accro au Christmas Cookie que tu es devenue. Je ne te raconte pas non plus l'angoisse quand le stock est descendu bien trop bas et que la razzia le réapprovisionnement n’est pas prévu pour tout de suite. Et là, je sais que tu vas me demander où je me procure toutes ces merveilleuses petites senteurs. Si si, tu me le demandes, je le sais. Alors, tu trouveras plein d’adresses sur le net, il y a de quoi faire chez Amazon (bouh c’est le Mal) aussi, mais, si tu n’habites pas loin, je te conseille une petite boutique, Original Antic Fabric à Milly-la-Forêt, qui est une pure merveille pour les yeux, je te laisse juger par toi-même sur leur page Facebook. Un jour, il faudra que je leur demande l’autorisation de rédiger un article, parce qu’il vaut vraiment le détour ce magasin, j’y suis encore passée ce matin pour quelques jarres et je suis repartie en prime avec un superbe (et grand !) plaid super tout chaud et tout doux. Sans compter que la propriétaire est gentille comme tout et souriante, vraiment je suis fan.

Voilà lecteur chéri, c’était l’humeur du dimanche soir, à une autre fois pour parler chiffons ;)

Fréro Delavega - Mon petit pays

vendredi 16 janvier 2015

After T1, Anna Todd

Résumé :

Tessa est une jeune fille ambitieuse, volontaire, réservée. Elle contrôle sa vie. Son petit ami Noah est le gendre idéal. Celui que sa mère adore, celui qui ne fera pas de vagues. Son avenir est tout tracé : de belles études, un bon job à la clé, un mariage heureux... Mais ça, c'était avant qu'il ne ne la bouscule dans le dortoir. Lui, c'est Hardin, bad boy, sexy, tatoué, percé, avec un " p... d'accent anglais ! " Il est grossier, provocateur et cruel, bref, il est le type le plus détestable que Tessa ait jamais croisé. Et pourtant, le jour où elle se retrouve seule avec lui, elle perd tout contrôle... Cet homme ingérable, au caractère sombre, la repousse sans cesse, mais il fait naître en elle une passion sans limites. Une passion qui, contre toute attente, semble réciproque... Initiation, sexe, jalousie, mensonges, entre Tessa et Hardin est-ce une histoire destructrice ou un amour absolu ? L'écriture rythmée d'Anna Todd rendra accros tous ses lecteurs.


Avis :

After est un phénomène du net Outre-Atlantique. L’auteur, Anna Todd, publiait son histoire, chapitre après chapitre, sur Wattpad où les internautes pouvaient donner leurs conseils et ainsi l’auteur adaptait (ou pas) son intrigue en fonction des remarques. Avec plus d’un milliard de consultations, After est la fanfiction la plus lue jusqu’ici. Ce sont les éditions Hugo qui ont signé le roman pour la France et l’ont lancé à grand renfort de publicité. À la base, je n’étais pas forcément partie pour lire cette histoire, mais quand j’ai vu le déversement de fiel sur ce bouquin (qui est à la base une fanfic autour d’un membre de One Direction, ne me demandez pas lequel, je suis incapable d’en citer ne serait-ce qu’un) de gens qui ne l'avaient même pas lu, j’ai voulu me faire mon propre avis…

Nous avons donc Tessa (Theresa, nous garderons son petit nom pour la suite, hein), brillante étudiante qui rentre en première année de fac. Flanquée d’une mère autoritaire (comprenez : qui ne veut que son bonheur et sa réussite) et d’un petit ami parfait (à cardigan et mocassins), la jeune fille est une bûcheuse, douée pour les études, mais introvertie et pas très douée pour les relations sociale. De l’autre côté, Hardin, bad boy tatoué et percé (ça ne va pas faire plaisir à maman Tessa), séducteur sans scrupules qui change de fille dans son lit comme de caleçon (voire plus encore). On ne va pas tourner autour du pot, les opposés s’attirant, Tessa et Hardin vont jouer à un cruel jeu de « Je t’aime moi non plus ».

Premier point positif, j’appréhendais beaucoup le côté fanfic autour de One Direction, mais, si je ne l’avais pas su au préalable, je ne l’aurais jamais deviné. Peut-être Hardin ressemble-t-il à l’un des membres du groupe, mais vu que je ne sais pas quelles sont leurs tronches… 
Après, mon sentiment vis-à-vis de ce roman est fait de ressentis assez contradictoires. Tout d’abord, j’ai été très accro. La relation d’amour-haine entre les personnages me tenait en haleine, même si Tessa est bien trop gentille, et un peu gourde, et Hardin insupportable de suffisance. Pendant les trois quarts du roman, j’ai suivi le cours de leurs amours, ruptures, réconciliations, déchirures… Et c’est là que l’on voit que 600 pages pour une romance, c’est long, trop long. À force de se rejeter et de se rabibocher, Tessa et Hardin m’ont usée. Peut-être qu’en publiant ses chapitres au fil de l’eau Anna Todd n’a pas entamé la patience de ses lecteurs, mais a justement répondu à leur impatience. Mais, le tout compilé en un roman est un peu plus lourd à digérer. Le côté addictif a donc laissé la place à l’envie de les voir prendre une décision — quelle qu’elle soit — pour enfin mettre un terme à leurs atermoiements. Mon souhait sera entendu puisque vient la conclusion du roman, une conclusion qui m’a surprise, je n’avais pas vu venir grand-chose (rien du tout en fait) et l’auteur m’a bien eue. Du coup, je vous le donne dans le mille, je dois reconnaître que j’ai envie de lire la suite pour savoir ce qu’il advient de ce couple dysfonctionnel. J’espère juste que le livre sera cette fois plus court, pour épargner un peu mes petits nerfs…

De mères en filles T1- Alice, Dominique Drouin

Résumé :

Au cœur de cette fresque familiale en quatre tomes se joue le destin de quatre femmes évoluant dans des domaines artistiques différents. Alice, Ariane (fille d'Alice) puis Anaïs et Ava vivent passion, amour et déchirements, tout en parvenant à faire évoluer leur art. Provence, 1890. Alice Martin naît de l'union illégitime entre un homme marié et sa jeune belle-sœur. Le destin voudra qu'elle grandisse sous la garde de son père naturel et de son épouse, qui ignore tout des origines de sa fille adoptive. Perpétuellement en quête d'amour et de vérité, elle trouvera dans la pratique du piano son seul réconfort. Claudio Calvino, un immigrant italien pauvre, travaille sur le parvis de l'Opéra de Lille. Sa vie bascule lorsqu'un maestro l'entend chanter et lui fait une offre qu'il ne peut refuser. À quinze ans, il quitte tout pour devenir chanteur d'opéra. Ces deux destins que tout opposait ne feront plus qu'un dans une grande passion amoureuse et musicale. Alice et Claudio quitteront la France et s'établiront au Canada pour y élever leur descendance. La saga De mères en filles, se déroule tout le long du XXe siècle et raconte quatre générations de femmes déterminées à prendre en main leur existence pour connaître le bonheur.


Avis :


Joli roman que ce premier tome de la série De mères en filles. Dominique Drouin nous plonge dans la Provence de la fin du XIXème siècle pour faire connaissance avec la mère d’Alice et les circonstances de la venue au monde de la petite fille. Puis, le temps se déroule au rythme de la vie d’Alice et de sa musique. Femme forte et déterminée à accéder à son bonheur, Alice est un personnage très attachant dont l’histoire ne peut que toucher le lecteur. La plume de Dominique Drouin sert à merveille cette romance légère qui met du baume au cœur. On ressort de la lecture enchanté comme après un rêve heureux, reste à espérer que les trois tomes suivants seront aussi captivants.

jeudi 15 janvier 2015

In the after, Demitria Lunetta

Résumé :

Ils entendent le plus léger des bruits de pas. Ils sont plus rapides que le plus rapide des prédateurs. Et ils ne renonceront pas... tant que vous serez vivant ! Amy est devant sa télévision quand le pire se produit, quand ILS attaquent. New York, Paris, Tokyo... Des créatures sans pitié déferlent, et dévorent les humains. Personne ne sait d'où ils viennent mais une chose est sûre : la population de la planète décroit dramatiquement en quelques jours à peine. À l'abri de la grille électrifiée de sa maison, Amy parvient à leur échapper... mais pour combien de temps ? Elle qui a perdu tous les siens parvient tout de même à recueillir Baby, une petite fille qui a miraculeusement survécu aux crocs acérés des nouveaux maîtres du monde. Trois ans qu'elles survivent en autarcie, quand d'autres survivants commencent à se manifester. Elles pensent que leur enfer est terminé... mais ils ne fait que commencer !


Avis :

Les extra-terrestres ont débarqué sur la Terre, mais ils sont loin d’être E.T. et plus proches de ceux d’Edge of tomorrow (très bon film, au passage). Leur seule préoccupation semble être de dévorer les humains qu’ils croisent et ils sont voraces, tant et si bien que la population diminue rapidement tandis que les aliens ne sont guère troublés par une quelconque résistance. Dans sa ville dévastée, Amy vit depuis des années à l’abri de sa résidence sécurisée. Elle n’a pas parlé depuis aussi longtemps, ayant compris que les envahisseurs se repèrent au bruit. Avec Baby, une petite fille qu’elle a recueillie lors d’un de ses raids pour faire des « courses », l’adolescente tente de survivre, sa vie ponctuée par les aliens qui s’écrasent contre la clôture et sa peur du lendemain…
L’histoire ne s’arrête bien évidemment pas là, mais c’est à vous de la découvrir !

Impossible de lâcher le roman une fois commencé. Ce récit SF vaut aussi bien par son background et son intrigue que par l’ambiance étouffante et glauque de ce monde post-apocalyptique. Le début est assez lent et joue surtout sur l’angoisse d’Amy et Baby, la façon dont elles réussissent à survivre jour après jour, mais avec des scènes d’action stressantes. La seconde partie réserve nombre de surprises, captivant le lecteur qui n’aura qu’une seule envie : connaître le fin mot de l’histoire. Demitria Lunetta n’hésite pas à malmener ses personnages, les rendant encore plus attachants. Le récit est bien construit, de façon très maligne, particulièrement la deuxième partie qui alterne entre futur et présent, rendant l’ensemble encore plus intrigant.


Ça faisait un petit moment que je n’avais pas lu un roman d’anticipation qui me plaise autant, si vous ne devez lire qu’un seul roman de ce type, c’est celui-ci.


mercredi 14 janvier 2015

Love Game T3 - Tamed, Emma Chase

Résumé :

Dans ce troisième volume de la série Love game, nous revenons à l'époque de Love game 1 [Tangled] mais cette fois-ci nous découvrons l'histoire qui se noue entre Matthew, le meilleur ami de Drew et l'excentrique Delores, la BFF – Best Friend Forever – de Kate. Lorsque Matthew tombe sous le charme extravagant de Delores, il sait immédiatement que cette femme est spéciale... À l'inverse, Dee Dee est persuadée que Matt est encore l'un de ces hommes qui va la séduire et la laisser tomber aussitôt... Dans ce troisième volume, toujours aussi drôle que sexy, Matthew - l'homme qui ne pensait pas tomber amoureux - nous confie comment tout est arrivé... de la passion à la naissance de son amour. Découvrez ce que les hommes pensent vraiment !


Avis :


Après Drew et Kate, Matthew et Dee-Dee (Delores). Nous remontons le temps pour nous retrouver à l’époque du premier tome de la saga et nous allons nous intéresser aux meilleurs amis du couple phare, mais toujours avec l’humour et le point de vue masculin qui font l’originalité de la série d’Emma Chase. Les similitudes s’arrêtent là car Matthew est très différent de Drew, peut-être un peu trop parfait sur le papier pour être vrai ! Le personnage de Dee-Dee est un peu trop excessif pour être réellement attachant, c’est dommage, mais le couple fonctionne bien quand même. Leur histoire est un peu trop facile et rapide, mais reste agréable à suivre, même si le lecteur restera hanté par le couple Drew / Kate, qui apparaît d’ailleurs un peu au fil des pages, ce qui est plutôt agréable. Tamed est une sympathique romance à laquelle il manque juste la petite étincelle qui aurait pu rendre le roman addictif.

lundi 12 janvier 2015

Endgame T1 - L'appel, James Frey

Résumé :

Douze jeunes élus, issus de peuples anciens. L'humanité tout entière descend de leurs lignées, choisies il y a des milliers d'années. Ils sont héritiers de la Terre. Pour la sauver, ils doivent se battre, résoudre la Grande Énigme.
L'un d'eux doit y parvenir, ou bien nous sommes tous perdus. Ils ne possèdent pas de pouvoirs magiques. Ils ne sont pas immortels. Traîtrise, courage, amitié, chacun suivra son propre chemin, selon sa personnalité, ses intuitions et ses traditions.
Il n'y aura qu'un seul vainqueur.


Avis :

Génération après génération, un élu, entre treize et vingt ans, au sein de chaque ancienne lignée, se prépare pour jouer à Endgame. L’attente prend fin quand des catastrophes meurtrières surviennent, annonciatrices du début du jeu. Les douze élus doivent alors regagner la Chine, où des indices leur seront donnés pour mener à bien leur quête. Bien entendu, il ne peut y avoir qu’un seul gagnant et tous les coups sont permis…

Endgame est à la fois un roman d’aventures et une chasse au trésor, si le lecteur se met à vouloir résoudre les énigmes incluses dans le livre. Pour ce qui est du roman en lui-même, il est divertissant, facile à lire et assez addictif, mais n’attendez pas non plus de frissonner, Battle Royale, Hunger Games ou L’élite ont déjà poussé assez loin le concept de la lutte à mort. L’originalité réside dans la quête interactive proposée au lecteur (détails sur http://endgamerules.com/fr/rules-fr.pdf) avec un gain d’un demi-million de dollars à la clé, ce qui devrait pousser pas mal de lecteurs à se creuser les méninges. Pour ceux qui s’en tiendront au roman, ils passeront un bon moment quand même.


mercredi 7 janvier 2015

Féerie pour les Ténèbres T2 - Le sacre des orties, Jérôme Noirez

Résumé :

Apparue de nulle part, une route égare les camionniers du royaume. Une expédition est montée pour en élucider le mystère — une aventure qui mènera le féeur Quiebroch, Ostre l’ourselet et Mesvolu le rioteux jusqu’aux Brolhs du Sud, territoire dont personne n’est jamais revenu.
Ailleurs, bravant les flots de l’Hibondière, l’intrépide Malgasta vogue avec le capitaine Lentise en direction de l’île d’Eschamat, où une monstruosité décime les sujets du roi et réclame Estrec de Gourios. Ce dernier gît dans une chambre du palais royal, où il vertige de plus en plus profondément dans l’En-Dessous tandis que son corps fusionne davantage chaque jour avec la Technole et croît de manière incontrôlable. Et voilà que les antennes radio de sa carcasse se mettent à capter les réminiscences les plus nauséabondes d’un monde qui pourrait bien être le nôtre.
Sans oublier Grenotte et Gourgou, les deux garnements inséparables, qui vont entamer une dangereuse odyssée au pays des esmoignés, des ossifiés et des fraselés.


Avis :

Dans ce deuxième tome de Féérie pour les ténèbres, nous retrouvons cet univers riche et complexe créé par Jérôme Noirez. La découverte ayant déjà été faite dans le roman précédent, le lecteur entre ici directement dans le vif du sujet. De nouveaux personnages rejoignent les visages connus, et l’aventure reprend de plus belle. Pourtant, j’ai moins aimé Le Sacre des orties. Peut-être justement à cause de la complexité et la multiplicité des pistes développées. J’ai trouvé que, passé le ravissement de l’exploration du background, on se perd un peu dans les différentes directions prises par les personnages. J’attendais quelque chose de plus recentré, que l’auteur aille plus loin dans le mystère de ce monde et, même s’il finit par y venir, j’ai trouvé que c’était un peu tard.

Le Sacre des orties est à réserver à ceux qui n’aiment pas les intrigues linéaires, mais déstabilisera peut-être un peu trop ceux qui aiment creuser une piste principale.

lundi 5 janvier 2015

Deux mois sans elle, Monica Murphy

Résumé :

Hanté par des souvenirs qui l'empêchent de poursuivre sa relation avec Fable, Drew disparaît sans donner signe de vie. Deux mois après cette séparation, il n'arrive toujours pas à tourner la page. De son côté, Fable a trouvé un poste de serveuse dans le club branché où Drew se réunit avec ses coéquipiers les soirs de victoire. Quand il se retrouve nez à nez avec Fable, le jeune homme comprend qu'il n'a jamais cessé de l'aimer. S'il tient vraiment à elle, il devra se battre pour l'en convaincre.


Avis :

Après avoir passé une semaine avec Fable (deuxième tome et je ne m’y suis toujours pas faite à ce prénom), Drew la larguait comme une vieille chaussette à la fin du livre. La midinette en moi avait le cœur en miettes, une forte envie de botter le derrière musclé du jeune homme et hâte de connaître la suite. Deux mois sans elle reprend… deux mois après les événements du précédent roman. Comme l’indique le titre, les deux protagonistes les ont passés l’un sans l’autre et vont enfin se retrouver, un peu par hasard quand même (comme quoi il fait parfois bien les choses ─ paye ton expression à deux balles Chani).


Je ne vais pas bouder mon plaisir, j’ai dévoré ce deuxième tome en une journée. Drew et Fable sont tellement attachants que je n’avais qu’une envie : que tout se termine en une happy end. Et je n’ai pas été déçue. Ils vont profiter de ce nouveau départ pour construire des bases solides à leur relation et chasser les fantômes du passé. Ils avancent main dans la main vers la prochaine étape et gagnent en maturité tout en restant aussi attachants. D’ailleurs la fin du roman me convient parfaitement, j’espère que le troisième tome ne sera pas de trop.

samedi 3 janvier 2015

Concours de Nowel

Edit du 03 janvier 2015

Les gagnantes sont donc :

- Anna Dvchr remporte le lot Merry Gentry
- Isabelle M. (27400) remporte le lot Les vampires de Chicago

Félicitations à vous deux :)


J'essaye de vous envoyer ça la semaine prochaine, faut juste que je trouve dans quoi mettre les livres pour l'envoi, je n'avais pas pensé à cet aspect bêtement technique :P




Oh oh oh, J-9 avant Noël \o/ Et comme je me sens l'âme d'un lutin, je vous propose de gagner : 


À gagner du 16 au 31 décembre 2014






Deux lots de livres sont donc en jeu : 

Les tomes 1 à 5 de Merry Gentry de Laurell K. Hamilton

Les tomes 1 à 4 des Vampires de Chicago de Chloe Neill

Vous pouvez jouer pour les deux, mais ne pourrez pas gagner les deux, il y aura deux gagnants au total (suis-je claire ?).

(Ne me remerciez pas pour la mise en scène bien kitschouille sur les photos, c'est cadeau.)

Pour participer, c'est très simple, il suffit de remplir le formulaire ci-dessous (c'est mon premier, j'ai galéré comme une folle pour le faire - oui je sais c'est super facile mais pas pour moi - donc participez nombreux histoire que je n'ai pas fait tout ça pour rien ^^).




Le concours est limité aux résidents de France métropolitaine & Corse, Belgique et Luxembourg. Une seule participation par foyer. 
Le tirage au sort aura lieu quand j'aurai le temps, avec un peu de chance dès le 1er 2 janvier. Le pseudo du gagnant sera annoncé ici même et sur la page Facebook du blog. Il disposera de 5 jours pour se manifester et me donner ses coordonnées, après ce délai un autre nom sera titré au sort.


Bonne chance !

Ryan O'Reilly - The One

vendredi 2 janvier 2015

Endless Love T1, Cecilia Tan

Résumé :

Karina est serveuse dans un bar de New York. Elle tombe sous le charme de James, un client mystérieux et dominateur. Ce qui commence comme un jeu érotique évolue bientôt en un jeu de pouvoir où James révèle le côté sauvage de Karina et brouille la ligne entre le plaisir et la souffrance. Et c'est Karina qui réclame toujours plus, dépassant ses propres limites, pour prouver la force de son amour à l'homme à qui elle s'offre.


Avis :

Jeune New-Yorkaise, Karina décommande un entretien avec son directeur d’études pour aider sa sœur dans son bar. La soirée va tourner d’une manière totalement imprévue quand la jeune femme rencontre un mystérieux inconnu et commence à flirter, puis à jouer à un jeu nettement moins innocent avec lui. Karina va découvrir un autre univers, une autre manière d’appréhender sa sexualité, avec un expert en la matière…

Ce premier tome d’Endless love ravira les amateurs d’érotisme torride et de domination, mais frustrera ceux qui apprécient que la romance soit au moins aussi développée que le sexe. En effet, l’auteur ne lésine pas sur les moyens, ce roman est chaud, très chaud. James va initier Karina aux rapports de domination et on ne peut nier que son élève est très appliquée. En revanche, les sentiments censés se développer au fil des pages ne sont guère convaincants, on assiste aux ébats de deux partenaires, mais pas de deux amants ayant des sentiments l’un pour l’autre. De fait, le roman ressemble plus à une succession de scènes érotiques qu’à une romance érotique. Sur la forme, le style est parfois lourd, avec des comparaisons très clichés (la métaphore avec la batte de base-ball pour l’érection de James est limite ridicule) et un humour qui laisse à désirer. Outre le sexe, l'intrigue du livre repose aussi sur le secret de James, mais pas de chance, à la quinzième page je me doutais du truc, à la trentième j'en étais sûre, j'ai donc passé le reste du bouquin à me demander comment Karina pouvait ne pas comprendre elle aussi. Cet aspect du roman n'a hélas pas réussi à me tenir en haleine non plus...

Le roman est à réserver aux fans du genre, ceux qui cherchent plus de subtilité et de sentiments n’y trouveront pas leur compte.


jeudi 1 janvier 2015

Aurevoir 2014, bonjour 2015 !

Et voilà, l’heure du traditionnel bilan est arrivée, j’en profite pour vous souhaiter une bonne heureuse année 2015, avec plein de belles lectures à venir.



En 2014, j’ai beaucoup lu, trop (le chiffre est limite indécent voire inquiétant), toujours « aidée » par mon temps de transport pour me rendre au boulot, un temps de trajet qui a tendance à fluctuer à la hausse avec les retards, les grèves et j’en passe, les habitués du RER et du métro savent de quoi je parle…

Pour cette année encore, j’ai repris mon idée de graphs de l’année dernière, réjouis-toi lecteur ^^

 

Et ça aurait pu être pire, je pourrais faire des chouettes courbes et histogrammes pour faire l’évolution par genre sur les huit dernières années, histoire de rigoler un peu (c’est d’ailleurs une idée à retenir pour dans deux ans si je suis toujours blogueuse).





(Clique sur les images pour voir les graphs tout beaux en grand et en profiter au mieux ^^)

Cette année j’ai donc lu pas mal de New Adult, pas étonnant vu l’arrivée massive de ce genre en librairie. Du coup, forcément, j’ai lu plus de romance aussi, logique.



Bon alors, passons aux choses sérieuses, j’ai lu quoi cette année ?!

Outlander !! Ou Le cercle de Pierre, ou Le chardon et le tartan, quel que soit le nom utilisé, j’adore cette saga de Diana Gabaldon, il me reste le dernier tome traduit en français à lire. C’est incontestablement mon coup de cœur littéraire de l’année.

J’avais commencé 2014 avec Dublin Street de Samantha Young, bonne pioche puisque je suis totalement tombée sous le charme de Braden *_*

Côté urban fantasy, coup de cœur aussi pour le premier tome de Meg Corbin d’Anne Bishop, excellentes découvertes avec les séries October Daye de Seanan McGuire et Kara Gillian de Diana Rowland. Et toujours Mercy Thompson de Patricia Briggs, je viens de terminer le huitième tome et je suis toujours aussi fan.

La femme parfaite est une connasse est sans doute ma pire lecture de l’année, suivie par Le guerrier Castien (encore merci Cess…) et Les survivants de Nicolas Théraud.

Qu’est-ce qui change en 2015 ?

Pas grand-chose, si ce n’est que je m’autorise enfin à ne pas finir les séries en cours si je n’accroche plus et que je ne chroniquerai plus systématiquement mes lectures, plus le temps ni l’envie en fait.

Et ma PAL ?

Attention les yeux, accroche-toi lecteur adoré, je n’ai plus que 10 livres dedans \o/ Si j’étais aussi douée pour tenir d’autres résolutions, ce serait pas mal…




Pour terminer, un grand merci à toi lecteur qui vient lire mes élucubrations, laisser un commentaire ou un petit coucou, ça me fait toujours autant plaisir d’échanger avec toi :)



Je finis avec un petit Jamie pour la route ^^ Et encore bonne année !