mardi 25 octobre 2016

Alight, Scott Sigler

Résumé :

Échappés de leurs cercueils, M. Savage, surnommée Em, et ses compagnons ont parcouru des kilomètres de couloirs envahis d'ossements, affronté la faim et la soif, combattu un redoutable ennemi, les Adultes, avant de pouvoir enfin sortir du piège dont ils étaient prisonniers. Mais arrivés sur Omeyocan, le monde qui leur est destiné, les jeunes survivants déchantent vite...


Avis :

Nous retrouvons Em, Bishop, Spingate et les autres après leur atterrissage sur Omeyocan. Après avoir échappé aux Adultes, ils vont devoir s’adapter à leur nouvel environnement et, rapidement, ils se rendent compte que ce dernier est hostile. Comment prendre les bonnes décisions, survivre et guider les siens quand on n’est qu’une adolescente ? C’est ce que va expérimenter Em…


Cette suite était très attendue par les lecteurs séduits par le premier tome, dont je fais clairement partie. L’action se déplace sur une planète inconnue, choisie par les Adultes pour y établir leur colonie une fois dans leurs nouveaux corps. Tout devrait donc être prévu pour que les « coquilles » non réinitialisées soient en sécurité et puissent s’épanouir. Sauf que les choses ont plutôt mal tourné sur Omeyocan. Prédateurs géants, végétation hostile, infrastructures dévastées, la déconvenue est rude. Sans compter les menaces internes au groupe, avec principalement Aramovski et son fanatisme. L’auteur joue ici dans un registre connu, celui de l’ennemi intérieur, et ça fonctionne très bien puisque le double cercle est rapidement celui que le lecteur va aimer détester. Son personnage force les autres à placer la réflexion avant l’action et Alight n’est ainsi pas une simple dystopie, mais aussi un thriller psychologique entre manipulations, mensonges et jeux politiques (oui, je sais, on pourrait se dire que les trois items reviennent au même…). Le rythme est néanmoins soutenu et dynamique, servi par la plume nerveuse de l’auteur, l’exploration de la planète réservant son lot de surprises. Une fois le roman commencé, il est difficile de le lâcher et Scott Sigler termine Alight sur un cliffhanger de fou. À quand le dernier tome ?!




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire