mercredi 25 octobre 2017

The Crime, Marie Rutkoski

Résumé :

Gagner peut être la pire des malédictions... Fille du plus célèbre général d'un empire conquérant, Kestrel n'a que deux choix devant elle : s'enrôler dans l'armée ou se marier. Mais à dix-sept ans à peine, elle n'est pas prête à se fermer ainsi tous les horizons. Un jour, au marché, elle cède à une impulsion et acquiert pour une petite fortune un esclave rebelle à qui elle espère éviter la mort. Bientôt, toute la ville ne parle plus que de son coup de folie. Kestrel vient de succomber à la « malédiction du vainqueur » : celui qui remporte une enchère achète forcément pour un prix trop élevé l'objet de sa convoitise. Elle ignore encore quelle est loin, bien loin, d'avoir fini de payer son geste. Joueuse hors pair, stratège confirmée, elle a la réputation de toujours savoir quand on lui ment. Elle croit donc deviner une partie du passé tourmenté de l'esclave, Arin, et comprend qu'il n'est pas qui il paraît... Mais ce qu'elle soupçonne n'est qu'une infime partie de la vérité, une vérité qui pourrait bien lui coûter la vie, à elle et à tout son entourage. Gagner sera-t-il pour elle la pire des malédictions ? Jeux de pouvoir, coups de bluff et pièges insidieux : dans un monde nouveau, né de l'imagination d'une auteure unanimement saluée pour son talent, deux jeunes gens que tout oppose se livrent à une partie de poker menteur qui pourrait bien décider de la destinée de tout un peuple.


Avis :


Si le premier tome avait posé les bases de son univers en présentant les différents acteurs et les grands enjeux, c’est dans celui-ci que les choses sérieuses commencent. Kestrel se retrouve prise au piège entre son devoir et ses sentiments, entre l’empereur et Arin, et ne va avoir de cesse de tenter de ménager les deux, tout en jouant pour son propre camp. Son personnage est de plus en plus intéressant et complexe, le lecteur ne peut s’empêcher de s’attacher à elle. Il faut dire que Marie Rutkoski ne ménage pas son personnage principal. L’empereur joue un jeu pervers et dangereux avec elle, tantôt dans la menace ou la séduction, afin de tester où va sa loyauté. Arin se montre assez inconséquent, j’ai été assez déçue par son évolution au final car j’attendais un personnage plus consistant, aux intentions et aux motivations plus claires. L’intrigue avance, plus politique que jamais, et est menée tambour battant. Le rythme est soutenu, pas un instant de répit, à l’image de ce que vivent les personnages. Les choix de Kestrel sont déterminants, le danger est omniprésent et j’avoue ne pas vraiment imaginer comment tout cela va se terminer, ce qui augure de belles surprises et des moment forts dans le troisième et dernier opus.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire